«LES AP­PLI­CA­TIONS ASIA­TIQUES ME­NA­CE­RAIENT LES OPÉ­RA­TEURS TRA­DI­TION­NELS»

Line vient de fran­chir les 200 mil­lions d’uti­li­sa­teurs, deux ans après sa créa­tion, un chiffre que Fa­ce­book et Twi er ont mis plus de 5 ans à a eindre…

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES - Ben BLAND à Ja­kar­ta, Nguyen PHUONG LINH à Ha­noi et Si­mon MUNDY à Séoul, FT

AHa­noï, au Viet­nam, Nguyen Tung Lam, un ly­céen de 16 ans, uti­lise Line, une ap­pli­ca­tion ja­po­naise de mes­sa­ge­rie ins­tan­ta­née pour mo­biles pour cha­ter avec sa pe­tite amie parce qu’elle “aime ses icônes mi­gnonnes, comme le nou­nours et le la­pin”. Doan Nguyen Trang, une autre ado viet­na­mienne, pré­fère la mes­sa­ge­rie sud-co­réenne Ka­kaoTalk,re­pré­sen­tée par un boys band co­réen fol­le­ment po­pu­laire. “J’uti­lise Ka­kaoTalk parce que Big Bang l’uti­lise aus­si et ils sont nu­mé­ro un ; je les adore” dit cette fan de 14 ans. Ka­kaoTalk, Line et WeC­hat, une autre ap­pli de mes­sa­ge­rie pour mo­biles dé­ve­lop­pée par le Chi­nois Tencent, dé­pensent des di­zaines de mil­lions de dol­lars en spots de pub TV, en pro­mo­tion sur In­ter­net et en contrats avec des cé­lé­bri­tés. Ils se battent pour cap­ter l’at­ten­tion des ados d’Asie du sud-est, très consom­ma­teurs de nou­velles tech­no­lo­gies. L’Asie du sud-est, avec 600 mil­lions d’ha­bi­tants, une classe moyenne qui gros­sit ra­pi­de­ment et des ventes de smart­phones en ex­plo­sion, est

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.