PRU­DENCE ÉCO­NO­MIQUE POUR STI­MU­LER LA CROIS­SANCE

Le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal (FMI) a pré­co­ni­sé des po­li­tiques éco­no­miques pru­dentes pour boos­ter la crois­sance en Afrique sub­sa­ha­rienne.

La Presse Business (Tunisia) - - OEIL SUR L’AFRIQUE - Ans

Dson édi­tion des Pers­pec­tives éco­no­miques ré­gio­nales pour l’Afrique sub­sa­ha­rienne d’oc­tobre 2015 , le FMI a dé­cla­ré que l’ac­ti­vi­té éco­no­mique dans la ré­gion a sen­si­ble­ment flé­chi, bien que la crois­sance reste plus forte que dans beau­coup d’autres ré­gions, avec une crois­sance at­ten­due de 3,75% en 2015 et de 4,25% en 2016. An­toi­nette Sayeh, di­rec­trice du dé­par­te­ment Afrique du FMI, a af­fir­mé que cette image glo­bale dif­fi­cile masque des va­ria­tions consi­dé­rables dans la ré­gion. «Dans la plu­part des pays à faible re­ve­nu, la crois­sance se main­tient, grâce au sou­tien des in­ves­tis­se­ments dans les in­fra­struc­tures en cours et à la consom­ma­tion pri­vée so­lide. Mais même au sein de ce groupe, cer­tains pays res­sentent les ef­fets de la baisse des prix de leurs prin­ci­pales ex­por­ta­tions de pro­duits de base, alors que les prix du pé­trole ont fa­ci­li­té leur fac­ture d’im­por­ta­tion éner­gé­tique», a ex­pli­qué Mme Sayeh. «En­core plus du­re­ment tou­chés sont les pays ex­por­ta­teurs de pé­trole de la ré­gion, no­tam­ment le Ni­ge­ria et l’An­go­la, où la baisse des re­ve­nus d’ex­por­ta­tion et des ajus­te­ments bud­gé­taires nettes af­fectent les ac­ti­vi­tés», a-t-elle ajou­té. Dans les Pers­pec­tives pour l’Afrique sub­sa­ha­rienne, in­ti­tu­lé Dea­ling with the Ga­the­ring Clouds, le FMI a at­tri­bué le ra­len­tis­se­ment à la com­bi­nai­son de la forte baisse des prix des ma­tières pre­mières et des condi­tions de fi­nan­ce­ment plus dif­fi­ciles. Mme Sayeh a no­té que plu­sieurs pays à re­ve­nu in­ter­mé­diaire, tels que le Gha­na, l’Afrique du Sud et la Zam­bie, sont éga­le­ment confron­tés à des condi­tions dé­fa­vo­rables, no­tam­ment la fai­blesse des prix des pro­duits de base, les condi­tions de fi­nan­ce­ment dif­fi­ciles, et les pé­nu­ries d’élec­tri­ci­té. En outre, un cer­tain nombre de pays de la ré­gion sont confron­tés à ces cir­cons­tances avec des tam­pons ex­té­rieurs et bud­gé­taires li­mi­tés, a sou­li­gné le res­pon­sable du FMI. Elle a pour­sui­vi que les po­li­tiques doivent s’adap­ter à ce nou­vel en­vi­ron­ne­ment, ajou­tant que la baisse forte et ap­pa­rem­ment du­rable des prix du pé­trole rend l’ajus­te­ment in­évi­table. Mme Sayeh a dit qu’il se­ra éga­le­ment es­sen­tiel de mi­ser sur les ré­cents pro­grès et de conti­nuer à ren­for­cer les res­sources sup­plé­men­taires bien né­ces­saires pour la mo­bi­li­sa­tion des re­cettes in­té­rieures dans le but de fi­nan­cer des in­ves­tis­se­ments fu­turs dans la ré­gion. «La ré­duc­tion des in­éga­li­tés à tra­vers les po­li­tiques sec­to­rielles fis­cales et fi­nan­cières soi­gneu­se­ment conçues et la sup­pres­sion des res­tric­tions ju­ri­diques fon­dées sur le sexe, pour­raient four­nir des di­vi­dendes de crois­sance si­gni­fi­ca­tives», a-t-elle ajou­té. Sur le front mo­né­taire,

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.