“L’ALECA POUR­RAIT ÊTRE UNE GRANDE OP­POR­TU­NI­TÉ POUR L’ÉCO­NO­MIE TU­NI­SIENNE”

MAHER FKI, DI­REC­TEUR CEN­TRAL DES AF­FAIRES ÉCO­NO­MIQUES À L’UTI­CA

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE -

L’UTI­CA FAIT-ELLE PAR­TIE DE LA COM­MIS­SION DE NÉ­GO­CIA­TIONS ? SI OUI COM­MENT ? SI NON POUR­QUOI?

Fran­che­ment, ce n’est pas clair. A un cer­tain mo­ment, le mi­nis­tère du Com­merce a de­man­dé à la cen­trale pa­tro­nale de dé­si­gner un re­pré­sen­tant pour être un point fo­cal du sec­teur pri­vé, ce qui a été fait. Tou­te­fois, cette per­sonne n’a ja­mais re­çu d’in­vi­ta­tion et n’a été as­so­ciée à au­cun tra­vail pré­pa­ra­toire. Par contre, l’Uti­ca a été in­vi­tée dans le groupe de la so­cié­té ci­vile où elle s’est trou­vée noyée dans une mul­ti­tude d’as­so­cia­tions, que nous res­pec­tons bien sûr, mais qui n’ont au­cune mo­ti­va­tion éco­no­mique. Alors que l’Uti­ca est le re­pré­sen­tant du sec­teur pri­vé, de mil­liers d’en­tre­prises tu­ni­siennes, et vu sa vo­ca­tion et son poids elle ne peut être trai­tée de la même ma­nière qu’une simple as­so­cia­tion. Pire, ce groupe est sim­ple­ment in­for­mé et ne par­ti­cipe pas à la pré­pa­ra­tion de la né­go­cia­tion. Par­fois, ce sont les res­pon­sables de la Dé­lé­ga­tion eu­ro­péenne qui nous in­forment des réunions sur le su­jet. Peut-on, dès lors, dire que l’Uti­ca est par­tie pre­nante dans ce round ma­jeur ? Tout le monde sait pour­tant que c’est l’en­tre­prise qui est la plus concer­née par l’Aleca. Je pense qu’on n’a tou­jours pas pu nous dé­par­tir de l’idée que c’est l’Ad­mi­nis­tra­tion qui né­go­cie pour les autres. Il est grand temps de chan­ger ces ré­flexes.

L’Aleca est-il une op­por­tu­ni­té pour l’éco­no­mie tu­ni­sienne ou un mal né­ces­saire ? Quels pour­raient être les impacts de cet ac­cord sur l’éco­no­mie na­tio­nale ?

L’Aleca peut être une grande op­por­tu­ni­té pour l’éco­no­mie tu­ni­sienne, no­tam­ment dans le sec­teur agri­cole si on se pré­pare conve­na­ble­ment pour les né­go­cia­tions, ce qui n’est pas le cas ac­tuel­le­ment. Cer­tai­ne­ment, les études qu’il faut lan­cer sur l’im­pact de cet ac­cord sur les dif­fé­rents sec­teurs vont nous éclai­rer de plus en plus et nous per­met­tront de bien dé­fi­nir notre plan de né­go­cia­tions. A ce pro­pos, je vou­drais sug­gé­rer que les co­mi­tés de pi­lo­tage des études d’im­pact soient pré­si­dés par les re­pré­sen­tants du sec­teur pri­vé et que les ses­sions de for­ma­tion des né­go­cia­teurs tu­ni­siens ne concernent pas uni­que­ment les re­pré­sen­tants du sec­teur pu­blic.

QUELLE AP­PROCHE DE NÉ­GO­CIA­TIONS PRO­POSE L’UTI­CA ? ET QUELLES SONT LES PRIN­CI­PALES RE­COM­MAN­DA­TIONS ?

L’éco­no­miste Az­zam Mahjoub a fait, der­niè­re­ment, une étude qui conclut à la né­ces­si­té de pré­pa­rer soi­gneu­se­ment et au préa­lable 13 dos­siers pour ti­rer pro­fit de la né­go­cia­tion. A l’Uti­ca, on adhère à cette dé­marche et nous sommes prêts à y contri­buer ef­fi­ca­ce­ment.

L’Uti­ca a été in­vi­tée dans le groupe de la so­cié­té ci­vile où elle est noyée dans une mul­ti­tude d’as­so­cia­tions, que nous res­pec­tons bien sûr, mais qui n’ont au­cune mo­ti­va­tion éco­no­mique.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.