ABAN­DON­NER LA «LO­GIQUE PRO­DUIT» AU PRO­FIT DE LA “LO­GIQUE CLIENT”

Le mar­ché tu­ni­sien des as­su­rances a tou­jours agi avec une «lo­gique pro­duit». C’est-à-dire que la com­pa­gnie d’as­su­rances pro­cède d’abord à la mise au point d’un pro­gramme d’as­su­rance pour le pro­po­ser en­suite au client.

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCE - As­su­ré­ment vôtre, Mon­cef FEL­LI

Cette lo­gique est ba­sée sur une hy­po­thèse com­plè­te­ment er­ro­née, sup­po­sant que toutes les en­tre­prises as­su­rées font face aux mêmes risques. Or, chaque en­tre­prise a ses spé­ci­fi­ci­tés ayant trait no­tam­ment à sa taille, à sa sur­face fi­nan­cière, et sur­tout à la na­ture de ses ac­ti­vi­tés. La « lo­gique de pro­duit » abou­tit né­ces­sai­re­ment à un pro­gramme d’as­su­rance sou­vent in­adé­quat et coû­teux. Mau­vais ! A notre avis, cette lo­gique est à ban­nir au pro­fit d’une «lo­gique de client».

LA NÉ­CES­SI­TÉ D’UN MAÎTRE D’OEUVRE

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.