POUR UN AC­CORD

Des ex­perts afri­cains, réunis à Da­kar, se sont pro­non­cés en fa­veur d’un ac­cord mon­dial sur le cli­mat fa­vo­rable, no­tam­ment à l’Afrique, en pré­lude aux né­go­cia­tions de la COP 21 (Confé­rence des Na­tions unies sur le cli­mat) pré­vues à Pa­ris. De­vant ces ex­pert

La Presse Business (Tunisia) - - OEIL SUR -

L’Afrique est ex­po­sée aux ef­fets cli­ma­tiques, car la plu­part des pays sont cô­tiers. Nous ne sommes pas de gros pol­lueurs, mais nous sommes des Etats res­pon­sables et nous avons éla­bo­ré nos contri­bu­tions na­tio­nales pour dire que nous nous en­ga­geons à ré­duire nos émis­sions», a-t-il ex­pli­qué.De son cô­té, Ma­thieu Cio­we­la, di­rec­teur du Pnud au Sénégal, a es­ti­mé qu’«un ac­cord mon­dial sur le cli­mat doit prendre en compte les pré­oc­cu­pa­tions ma­jeures de l’Afrique, qui fait par­tie de la so­lu­tion aux dé­fis cli­ma­tiques». Se­lon lui, «li­mi­ter le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique est l’af­faire de tous. Il reste le plus grand dé­fi de notre temps et nous oblige à agir vite avant que le seuil cri­tique ne soit at­teint». «L’Afrique est le conti­nent le plus vul­né­rable face aux impacts des chan­ge­ments cli­ma­tiques», a-t-il sou­te­nu, rap­pe­lant les sé­che­resses qui ont frap­pé le Sa­hel et la Corne de l’Afrique en 2011, les inon­da­tions dra­ma­tiques de ces der­nières an­nées,les avan­cées de la mer et l’éro­sion le long des côtes ouest-afri­caines. A ce pro­pos, a-t-il pour­sui­vi, l’ac­cord de Pa­ris de­vrait «être am­bi­tieux,équi­table et ju­ri­di­que­ment contrai­gnant» et être «fon­dé sur les prin­cipes de la res­pon­sa­bi­li­té com­mune,mais dif­fé­ren­ciée (...)», pour qu’il puisse ré­pondre aux «en­jeux de l’Afrique». La co­or­don­na­trice ré­si­dente du sys­tème des Na­tions unies, Fa­tou Bin­tou Dji­bo, a pour sa part, es­ti­mé que le conti­nent afri­cain doit faire preuve d’un lea­der­ship fort à la 21e Confé­rence des Par­ties à Pa­ris,face aux chan­ge­ments cli­ma­tiques qui, se­lon elle,consti­tuent «un dé­fi pla­né­taire du pré­sent et du fu­tur pour ceux qui veulent agir pour un monde plus sûr et pros­père». Elle a aver­ti que les en­jeux de Pa­ris «sont com­plexes et im­por­tants pour l’Afrique qui au­ra be­soin de pe­ser de toutes ses forces, de par­ler d’une même voix». Elle a éga­le­ment es­ti­mé que l’ac­cord de Pa­ris doit être une «op­por­tu­ni­té pour l’in­no­va­tion et la crois­sance dans les pays en dé­ve­lop­pe­ment» et qu’il «doit four­nir aux pays l’ap­pui dont ils ont be­soin pour mettre en place des po­li­tiques, des ins­ti­tu­tions et des bud­gets sur les chan­ge­ments cli­ma­tiques à tous les ni­veaux». Se­lon elle,un ac­cord «am­bi­tieux et ap­pro­prié» qui se­ra is­su de la Confé­rence de Pa­ris «per­met­tra d’ac­cé­lé­rer les op­por­tu­ni­tés of­fertes par les chan­ge­ments cli­ma­tiques pour les pays en dé­ve­lop­pe­ment et se­ra un nou­veau pi­lier dans la nou­velle ère post-2015, pour le dé­ve­lop­pe­ment du­rable». Mme Dji­bo a es­ti­mé que pour réus­sir la COP 21 et la mise en oeuvre des ob­jec­tifs du dé­ve­lop­pe­ment du­rable, «il faut al­ler au-de­là des dé­cla­ra­tions des voeux pieux. Nous de­vons dé­mon­trer notre en­ga­ge­ment à agir, mais sur­tout à agir en­semble pour l’in­té­rêt su­pé­rieur de l’hu­ma­ni­té en­tière». En­fin, le conseiller en en­vi­ron­ne­ment à l’am­bas­sade de France au Sénégal,Pierre-Yves Ber­trand, a as­su­ré que son pays en­vi­sage d’ac­com­pa­gner les pays afri­cains lors de la COP 21 à Pa­ris. «Nous sou­hai­tons faire un ac­cord ju­ri­di­que­ment contrai­gnant et non une simple dé­cla­ra­tion po­li­tique à Pa­ris», a-t-il as­su­ré.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.