RAS LA PUB !

La Presse Business (Tunisia) - - POST-SCRIPTUM - Par Saous­sen BOULEKBACHE

Al’ap­proche des grandes oc­ca­sions, la té­lé­vi­sion est sub­mer­gée de pu­bli­ci­té. Le mes­sage pu­bli­ci­taire ou spot té­lé­vi­sé reste la forme la plus ré­pan­due. Il consiste en une pe­tite an­nonce de très courte du­rée (de 8 à 30 se­condes) pré­sen­tant le pro­duit. C’est celle que l’on trouve sur toutes les chaînes entre les dif­fé­rents pro­grammes d’une jour­née. Mais par­fois, cette pub de­vient dé­ran­geante. Car, au lieu d’in­ci­ter les té­lé­spec­ta­teurs à consom­mer, elle les re­bute même. Au-de­là des sym­bo­liques, des formes et des cou­leurs qui res­tent très im­por­tantes, le consom­ma­teur prête plus at­ten­tion aux mes­sages pas­sés par les mi­cro scé­na­rios et les textes des an­non­ceurs. En ef­fet, les textes et les pa­roles, at­tirent l’oreille in­cons­ciem­ment sur ce que les pu­bli­ci­taires veulent nous faire re­mar­quer. Le style et la to­na­li­té ré­dac­tion­nels sont très im­por­tants car c’est grâce à eux que l’on re­tient un slo­gan ou une phrase clé, que l’on en­re­gistre au­to­ma­ti­que­ment sans for­cé­ment s’en rendre compte. A com­pa­rer la pu­bli­ci­té tu­ni­sienne et celle pas­sée sur les chaînes étran­gères, tout un monde les sé­parent. Tout d’abord, les pubs lo­cales ne sont pas in­no­vantes. Elles donnent, le plus sou­vent, une im­pres­sion de dé­jà-vu. Pis en­core, elles em­ploient des termes, quel­que­fois, vul­gaires et in­sen­sés que les en­fants ré­em­ploient in­no­cem­ment. De plus en plus, les an­non­ceurs n’hé­sitent plus à in­ves­tir de gros bud­gets pour avoir une « star » qui va van­ter les qua­li­tés de leur pro­duit et l’uti­li­té de l’ache­ter. Le fait qu’une cé­lé­bri­té vante les mé­rites d’un pro­duit per­met au consom­ma­teur de s’iden­ti­fier à son idole en consom­mant le même pro­duit que celle-ci. La cé­lé­bri­té de­vient donc une mo­ti­va­tion de consom­ma­tion pour l’ache­teur. Mais le consom­ma­teur se de­mande pour­quoi ces cé­lé­bri­tés ac­ceptent d’em­prun­ter des rôles par­fois dé­gra­dants, qui se disent dé­ci­deurs, lors­qu’il s’agit de rôles au ci­né­ma, au théâtre ou même à la té­lé­vi­sion. Les agences pu­bli­ci­taires savent jouer avec les sen­ti­ments des consom­ma­teurs pour faire pas­ser un mes­sage par­ti­cu­lier et pour re­te­nir les consom­ma­teurs po­ten­tiels. Ain­si, ils s’ap­puient sur les sen­ti­ments, la joie, le bon­heur ou en­core la peur. Mais, fran­che­ment, oser dé­for­mer une langue et chan­ger des mots par d’autres in­com­pré­hen­sibles, ce­la est in­to­lé­rable.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.