LAR­GUEZ LES AMARRES !

La Presse Business (Tunisia) - - REPORTAGE -

Cap, donc, sur La Gou­lette, pre­mière ville por­tuaire de Tu­ni­sie pour une tra­ver­sée en di­rec­tion de la Si­cile. De jour comme de nuit, de cette ci­té his­to­rique au pa­tri­moine pro­té­gé, vil­lage cos­mo­po­lite à la croi­sée des che­mins des va­can­ciers, qui as­pire à être tou­jours plus belle, plus convi­viale, plus ac­cueillante, plus res­pec­tueuse de l’en­vi­ron­ne­ment et des gé­né­ra­tions fu­tures, émane un ap­pel en­voû­tant à l’es­ca­pade. En hi­ver, à La Gou­lette, le pouls du temps bat à un rythme mys­té­rieux, ce­lui du « rien va­can­cier ». C’est une ville qui fas­cine, qui a tou­jours quelque chose d’in­time et de se­cret à of­frir, mais qui le livre chi­che­ment. Le soir, l’obs­cu­ri­té lui ap­porte un pe­tit quelque chose de spé­cial. Elle est por­teuse de mys­tère, de pos­si­bi­li­tés, d’aven­ture et peut trans­for­mer l’am­biance ur­baine du quo­ti­dien en une at­mo­sphère de fête. Nuit et jour, sans in­ter­rup­tion, la ville est en mou­ve­ment. Il est 19 heures. On em­barque, lais­sant der­rière nous les ar­tères ner­vu­rées de la ville ré­son­nant de ses concerts de klaxon dé­ver­sés hors des voi­tures bon­dées par des vi­si­teurs ve­nus de tous les azi­muts, met­tant le cap sur les ter­rasses des res­tau­rants avec vue sur mer, met­tant les nerfs à vif aux agents de po­lice en fac­tion. La gare ma­ri­time — qui ac­ca­pare 85% du tra­fic pas­sa­gers de Tu­ni­sie— ne connaît pas en cette pé­riode creuse un grand mou­ve­ment, contrai­re­ment à l’été. Le Zeus Pa­lace est prêt pour ap­pa­reiller à des­ti­na­tion de Pa­lerme et Sa­ler­no, char­gé de conte­neurs, de voi­tures et

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.