LA PRO­MO­TION DES EX­POR­TA­TIONS, UN MOU­VE­MENT D’EN­SEMBLE

Les IME, un sec­teur qui émerge, le tex­tile, qui, bien qu’en perte de vi­tesse, dis­pose d’une large ré­serve pour une re­lance, l’agroalimentaire qui reste tri­bu­taire de la récolte oléi­cole, tous ces sec­teurs et autres offrent de belles pers­pec­tives.

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - Par R.M.

Tous les plans éco­no­miques ont pla­cé l’ex­por­ta­tion au ni­veau stra­té­gique. On ne se pose plus de ques­tions sur cette po­si­tion, vu que l’ex­por­ta­tion contri­bue à 38% au PIB, et si l’on ra­joute les ex­por­ta­tions des ser­vices, la part re­monte à près 50%. Le troi­sième cha­pitre de la pro­mo­tion des ex­por­ta­tions bap­ti­sé «Pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment des ex­por­ta­tions» (PDE III) s’ins­crit dans ce cadre. «L’ex­port est es­sen­tiel pour sou­te­nir la crois­sance et créer des em­plois de qua­li­té, stables et bien ré­mu­né­rés», a sou­te­nu la re­pré­sen­tante ré­si­dente de la Banque mon­diale à Tu­nis, Ei­leen Mur­ray, lors de la Jour­née du lan­ce­ment du Pde II. Le mi­nistre du Com­merce, M. Rid­ha La­houel, a pré­ci­sé qu’il s’agit d’un pro­jet «qui vise à sou­te­nir l’ac­tion pu­blique en ma­tière d’amé­lio­ra­tion du mi­lieu des af­faires et de fa­ci­li­ta­tion d’une crois­sance éco­no­mique ti­rée par les ex­por­ta­tions, et d’autre part, ap­puyer di­rec­te­ment des en­tre­prises du sec­teur pri­vé en quête d’ex­pan­sion et di­ver­si­fier leurs offres ex­por­tables et leurs mar­chés d’ex­por­ta­tions». C’est la réus­site des deux autres édi­tions, Fa­mex I et II, qui semble mo­ti­ver la Tu­ni­sie et son bailleur de fonds à conti­nuer sur cette lan­cée, en y ap­por­tant cer­taines mo­di­fi­ca­tions. Des mo­di­fi­ca­tions qui s’im­posent, car la di­ver­si­fi­ca­tion des mar­chés et la ré­duc­tion des risques liés à l’ex­port, ain­si que la pé­ren­ni­sa­tion de l’im­pact de l’ap­pui aux en­tre­prises, mé­ritent de ra­tis­ser plus large et agir sur toute la chaîne. Pour ce faire, les com­po­santes du PDE III couvrent aus­si bien la lo­gis­tique que l’ad­mi­nis­tra­tion, bien que la par­tie «Tasdir+» et «Dha­men Fi­nance» qui touchent di­rec­te­ment les comptes de l’en­tre­prise, ac­ca­parent la part du lion, avec plus de 30 mil­lions de dol­lars.

Ce n’est pas la gé­né­ro­si­té qui im­porte

La gé­né­ro­si­té du sys­tème est bien vi­sible au ni­veau des mé­ca­nismes de sou­tien aux ex­por­ta­teurs, entre autres les sub­ven­tions ac­cor­dées par le Fo­pro­dex (Fonds de pro­mo­tion des ex­por­ta­tions). Cer­tains opé­ra­teurs ré­duisent toute l’ac­ti­vi­té du Centre de pro­mo­tion des ex­por­ta­tions en ce mé­ca­nisme. Alors que, tout comme les en­tre­prises ex­por­ta­trices, le Ce­pex est en passe de di­ver­si­fier son offre. Et dans le cadre du Ped III, une en­ve­loppe de 3 mil­lions de dol­lars se­ra al­louée au centre pour ali­gner ses ser­vices avec les be­soins des en­tre­prises ex­por­ta­trices, a no­té Jade Salhab, spé­cia­liste se­nior dé­ve­lop­pe­ment du sec­teur pri­vé à la Banque mon­diale. Cette gé­né­ro­si­té du sys­tème au­rait pro­fi­té vi­si­ble­ment aux plus gros ex­por­ta­teurs, se­lon plu­sieurs études. Ce qui pose un autre dé­fi aux concep­teurs de la nou­velle stra­té­gie de sou­tien des ex­por­ta­teurs. L’exé­cu­tif tu­ni­sien au­ra la charge de dé­fi­nir les «bons» cri­tères d’éli­gi­bi­li­té et do­ser les mon­tants à ac­cor­der. Le po­ten­tiel des ex­por­ta­tions en Tu­ni­sie n’est pas à dé­mon­trer. Les IME, un sec­teur qui émerge, le tex­tile, qui, bien qu’en perte de vi­tesse, dis­pose d’une large ré­serve pour une re­lance, l’agroalimentaire qui reste tri­bu­taire de la récolte oléi­cole, offrent de belles pers­pec­tives. Pas­ser du simple au double se­rait un ob­jec­tif réa­li­sable, si tous ces mo­teurs fonc­tionnent bien. La dé­fi­ni­tion d’une vi­sion et d’ob­jec­tifs clairs pour chaque fi­lière, dont plu­sieurs manquent d’ac­tua­li­sa­tion et cer­taines y sont dé­mu­nies, est un pre­mier pas vers la réa­li­sa­tion des grands axes stra­té­giques, à sa­voir : di­ver­si­fier la gamme des pro­duits, va­lo­ri­ser les pro­duits ex­por­tables, di­ver­si­fier le por­te­feuille mar­chés, as­su­rer une pré­sence conti­nue sur les mar­chés prio­ri­taires et pro­mou­voir les marques tu­ni­siennes à l’étran­ger.

La di­ver­si­fi­ca­tion des mar­chés et la ré­duc­tion des risques liés à l’ex­port, ain­si que la pé­ren­ni­sa­tion de l’im­pact de l’ap­pui aux en­tre­prises, mé­ritent de ra­tis­ser plus large et agir sur toute la chaîne

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.