ROAD SHOW

La Presse Business (Tunisia) - - DOSSIER -

D’ailleurs, qui ne garde pas un sou­ve­nir in­dé­lé­bile du road show sous forme de ca­ra­vane où pro­fes­sion­nels et ins­ti­tu­tion­nels, la main dans la main, ont dé­ci­dé d’al­ler à l’as­saut des mar­chés de l’Eu­rope de l’Est dans une vaste opé­ra­tion de charme et de pros­pec­tion exem­plaire. Pour­quoi se contente-t-on de se re­gar­der le nom­bril, alors que nos concur­rents se lancent sans cesse dans des of­fen­sives com­mer­ciales sur ces mar­chés po­ten­tiels ? Som­mes­nous en panne d’idées de­puis cette ac­tion ? En ef­fet, la Fin­lande, qui ac­cueillait lar­ge­ment la ma­jo­ri­té des voya­geurs russes (2.029.000 voya­geurs), est dé­sor­mais ta­lon­née par la Tur­quie qui se po­si­tionne en deuxième place avec 2 mil­lions de vi­si­teurs russes. La Chine est la troi­sième des­ti­na­tion pré­fé­rée des Russes (en­vi­ron 1.800.000 vi­si­teurs), sui­vie de près de l’Egypte qui conti­nue à mon­trer plus d’agres­si­vi­té com­mer­ciale sur ce mar­ché avec une réa­li­sa­tion au­tour d’un mil­lion et de­mi de tou­ristes russes. Il est à no­ter que le pays des pha­raons re­ce­vait à peine 400 mille tou­ristes russes en 2003. Mal­gré l’exis­tence, de­puis plu­sieurs an­nées, d’une re­pré­sen­ta­tion de l’Ontt dans ce pays, la Tu­ni­sie af­fiche à peine quelques mil­liers de tou­ristes russes. Notre part de mar­ché est à l’évi­dence, lar­ge­ment in­fé­rieure à nos po­ten­tia­li­tés. Pour preuve, nos réa­li­sa­tions (quelque 120.000 tou­ristes en 2009) ne consti­tuent même pas 50% des per­for­mances de la Ci­té de Du­baï qui, re­çoit, à elle seule, 250.000 tou­ristes russes. Voi­là donc un mar­ché qui, en dé­pit de son sta­tut en­core mar­gi­nal pour la Tu­ni­sie, sa pro­gres­sion ra­pide sur le plan in­ter­na­tio­nal, mé­rite qu’on le sur­veille de près. Ce­pen­dant, com­ment faire sor­tir de leur som­meil les pro­fes­sion­nels du tou­risme tu­ni­sien qui, ob­nu­bi­lés par le sem­blant d’em­bel­lie sur les autres des­ti­na­tions clas­siques, ne pa­raissent pas en­core prêts à faire de cette ré­gion leur prio­ri­té ? Il est peu­têtre temps pour une ré­vi­sion des ac­tions afin de per­mettre aux pro­fes­sion­nels tu­ni­siens de s’y lan­cer avec des of­fen­sives plus sou­te­nues. Une telle po­li­tique doit vi­ser à dif­fu­ser une image sé­dui­sante de la Tu­ni­sie, s’ap­puyant sur une cam­pagne de pro­mo­tion ef­fi­ciente me­née par l’Ontt. Elle de­vrait éga­le­ment être sou­te­nue par des ini­tia­tives pro­mo­tion­nelles en­tre­prises par les pro­fes­sion­nels pri­vés qui doivent dé­sor­mais s’im­pli­quer da­van­tage que par le pas­sé, en l’oc­cur­rence de ce qui a été réa­li­sé en 1995/96. Car ce se­rait une er­reur de ré­duire l’ana­lyse de ce mar­ché à un prisme de pro­duc­ti­vi­té lente comme se plaisent à l’ex­pli­quer cer­tains « ana­lystes ».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.