IR­RÉA­LISTE, SE­LON UN EX­PERT

«Le Plan quin­quen­nal de dé­ve­lop­pe­ment (2016-2020) re­pose sur des hy­po­thèses trop op­ti­mistes», a dé­cla­ré Fay­çal Der­bal, membre du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’Ins­ti­tut arabe des chefs d’en­tre­prises

La Presse Business (Tunisia) - - CONJONCTURE -

Der­bal a ajou­té, à ce pro­pos, que la note d’orien­ta­tion du plan pré­ci­té «ne com­porte pas une vi­sion, une dé­marche, un choix ou un agen­da clairs». Ain­si, a-t-il dit, l’am­bi­tion de faire bais­ser le taux de chô­mage de 15.3% ac­tuel­le­ment à 11% à l’ho­ri­zon 2020 «est quelque peu ir­réa­liste». «Il est né­ces­saire d’avoir une vi­sion claire, de pré­pa­rer des po­li­tiques sec­to­rielles et de choi­sir en­suite le genre de ré­formes que nous comp­tons en­ga­ger dans des dé­lais pré­cis, tout en éla­bo­rant les lé­gis­la­tions né­ces­saires pour ce, faire», se­lon l’ora­teur. En ef­fet, le Plan de dé­ve­lop­pe­ment quin­quen­nal 2016-2020 de la Tu­ni­sie pré­voit un taux de crois­sance de 5% du­rant les cinq pro­chaines an­nées contre une moyenne de 1,5% par an entre 2011 et 2015, se­lon Yas­sine Ibra­him, mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment, de l’In­ves­tis­se­ment et de la Co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale. «Les grandes lignes du sché­ma de dé­ve­lop­pe­ment de la Tu­ni­sie pré­voient une pa­no­plie de ré­formes au­da­cieuses, un re­dres­se­ment pro­gres­sif de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique pour une crois­sance sou­te­nue et une ré­duc­tion sen­sible du taux de chô­mage», a pré­ci­sé le mi­nistre, lors de son in­ter­ven­tion à l’ou­ver­ture des tra­vaux de la 2e édi­tion du Fo­rum éco­no­mique tu­ni­so-al­le­mand or­ga­ni­sé sur le thème «L’Al­le­magne et la Tu­ni­sie pour une co­opé­ra­tion éco­no­mique réus­sie». Ibra­him a ajou­té que le gou­ver­ne­ment table, dans le cadre de cette dé­marche, sur une re­prise pro­gres­sive de l’ef­fort d’in­ves­tis­se­ment pour por­ter le taux d’in­ves­tis­se­ment de 18,5% du pro­duit in­té­rieur brut en 2015 à 25% en 2020, étant don­né que le dé­ve­lop­pe­ment de l’in­ves­tis­se­ment est une condi­tion sine qua non au ré­ta­blis­se­ment de l’éco­no­mie na­tio­nale. L’ob­jec­tif, a-til dit, est d’at­teindre un vo­lume to­tal d’in­ves­tis­se­ments de l’ordre de 125 mil­liards de di­nars, pour toute la pé­riode 2016-2020, dont 45 mil­liards de di­nars pour les in­ves­tis­se­ments pu­blics, 62 mil­liards de di­nars pour les in­ves­tis­se­ments pri­vés lo­caux et 18 mil­liards de di­nars pour les in­ves­tis­se­ments di­rects étran­gers. S’agis­sant de la ré­duc­tion du taux de chô­mage, Ibra­him a re­le­vé que ce taux de­vrait s’éta­blir à 11% en 2020, contre 15,2% ac­tuel­le­ment, sou­li­gnant aus­si la dé­ter­mi­na­tion du gou­ver­ne­ment à re­le­ver le re­ve­nu per ca­pi­ta à 12.400 di­nars, contre 8.283 di­nars ac­tuel­le­ment. Pour ce faire, il est né­ces­saire de maî­tri­ser les équi­libres fi­nan­ciers, a pré­ci­sé le mi­nistre, et ce, en ré­dui­sant le dé­fi­cit cou­rant à 6,8% du PIB contre 8,5% en 2015, et maî­tri­ser l’in­fla­tion pour ne pas dé­pas­ser 3,6% en 2020 contre 5,4% at­ten­dus en 2015. Le mi­nistre a sou­li­gné l’im­por­tance d’amé­lio­rer ef­fec­ti­ve­ment l’en­vi­ron­ne­ment des af­faires, avan­cer l’exé­cu­tion des grandes ré­formes, sur­tout celles re­la­tives à la mo­der­ni­sa­tion de l’ad­mi­nis­tra­tion, ré­vi­ser le sys­tème des mar­chés pu­blics, pro­mul­guer le nou­veau code d’in­ves­tis­se­ment et adop­ter une po­li­tique vo­lon­ta­riste pour im­pul­ser le par­te­na­riat pu­blic­pri­vé.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.