«L’AIDE CONSTANTE DE LA CHINE À L’AFRIQUE EST UN ACTE DÉ­TER­MI­NANT»

«Le pre­mier constat est que le sou­tien de la Chine à l’Afrique est de plus en plus mul­ti­forme», a in­di­qué M. Syl­vain Kassia Gueu, spé­cia­liste en sciences po­li­tiques et re­la­tions in­ter­na­tio­nales, es­ti­mant que l’aide constante de la Chine à l’Afrique est un

La Presse Business (Tunisia) - - OEIL SUR L’AFRIQUE -

Du do­maine des in­fra­struc­tures au do­maine de la san­té, du do­maine de la tech­no­lo­gie de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion (TIC) au do­maine de l’agri­cul­ture, dans les sec­teurs du com­merce et de l’in­dus­trie, la Chine est pré­sente. Le deuxième constat est que cette pré­sence est constante aux cô­tés de l’Afrique. Je pense que c’est un mo­tif de sa­tis­fac­tion», note Syl­vian Kassia Gueu, spé­cia­liste ivoi­rien en scienses po­li­tiques et re­la­tions in­ter­na­tio­nales. «A titre d’exemple, la Côte-d’Ivoire et la Chine ont éta­bli des re­la­tions di­plo­ma­tiques en 1983. Si l’on ob­serve bien, la courbe de leur co­opé­ra­tion, on re­mar­que­ra qu’elle est crois­sante de­puis cette date», a-t-il fait ob­ser­ver. Com­men­tant le dis­cours du pré­sident chi­nois, Xi Jin­ping, en Afrique du Sud, lors du som­met du Fo­rum sur la co­opé­ra­tion si­no-africaine, Syl­vain Gueu es­time qu’il s’agit d’un dis­cours prag­ma­tique. «S’adres­sant à ses frères Afri­cains, M. Xi Jin­ping a mis en re­lief des va­leurs que sont l’en­ga­ge­ment, la confiance, la so­li­da­ri­té et la mu­tua­li­sa­tion des ef­forts. Ce sont des va­leurs chères à l’Afrique», a-t-il sou­li­gné. L’ex­pert ivoi­rien a confir­mé qu’un dé­ve­lop­pe­ment ef­fi­cace doit s’ap­puyer sur des pi­liers. «La Chine et l’Afrique em­barquent en­semble dans le train du dé­ve­lop­pe­ment. Mais la Chine, qui a in­con­tes­ta­ble­ment une lon­gueur d’avance, se trouve dans un wa­gon su­pé­rieur et tend la main à ses frères, de sorte à les ti­rer, à les faire pro­gres­ser», ajoute-t-il. A son avis, ce nou­vel élan de co­opé­ra­tion tra­duit une bonne po­li­tique d’ou­ver­ture de la Chine vers l’Afrique. «L’ou­ver­ture est le ci­ment des re­la­tions in­ter­na­tio­nales. La Chine, qui re­fuse le re­pli sur soi et qui s’ouvre au conti­nent afri­cain, ac­com­plit un acte construc­tif. C’est un acte dont la ré­ci­pro­ci­té ne se fait pas at­tendre, comme vous pou­vez le consta­ter. En re­tour, les pays afri­cains sont en train de s’ou­vrir à la Chine», ex­plique-t-il. Re­pre­nant le dicton, qui dit que l’union fait la force, l’ex­pert ivoi­rien note, par ailleurs avec sa­tis­fac­tion, qu’une po­li­tique com­mune de lutte contre le ter­ro­risme por­te­ra, à coup sûr, de bons fruits. «Co­opé­rer, c’est aus­si et avant tout as­su­rer la sécurité de ceux pour qui ou ce pour quoi l’on co­opère, c’est-à-dire les per­sonnes et les biens. Le vo­let sé­cu­ri­taire de la co­opé­ra­tion a bien son sens, sur­tout dans le contexte ac­tuel mar­qué par les at­taques ter­ro­ristes», com­mente-t-il. Pour lui, la Chine et l’Afrique ne doivent pas s’ou­blier outre me­sure, car elles ont toutes deux une riche tra­di­tion. «Mer­ci au pré­sident Xi Jin­ping d’avoir aus­si mis en évi­dence le vo­let cultu­rel de la co­opé­ra­tion, car la culture est le socle de tout dé­ve­lop­pe­ment», re­lève-t-il. «Je re­joins le pré­sident de la Côte-d’Ivoire qui dit que la Chine est de­ve­nue un par­te­naire im­por­tant pour l’Afrique. Moi, je di­rais même un par­te­naire in­con­tour­nable pour l’Afrique», a conclu Syl­vain Gueu. .

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.