«PLUS D’AU­DACE» POUR EN­GA­GER DES RÉ­FORME SÉCONOMIQUES

«Les opé­ra­teurs éco­no­miques en Tu­ni­sie s’a endent à plus d’au­dace et de cou­rage de la part des pou­voirs pu­blics afin d’en­ga­ger les me­sures de ré­forme né­ces­saires à la re­lance de l’éco­no­mie na­tio­nale», a dé­cla­ré Kha­led Zribi, pré­sident sor­tant du Centre de

La Presse Business (Tunisia) - - ONG -

Zribi, qui in­ter­ve­nait au 10e congrès du CJD, te­nu à Tu­nis pour l’élec­tion de son nou­veau bu­reau exé­cu­tif, a es­ti­mé qu’il est temps, après la réus­site de la phase de tran­si­tion po­li­tique, de tra­vailler, cha­cun de son cô­té, pour re­dres­ser l’éco­no­mie na­tio­nale. Kaïs Sel­la­mi, membre du bu­reau exé­cu­tif de l’Uti­ca ,est du même avis. Il a plai­dé pour des ré­formes fis­cales, so­ciales et en ma­tière d’édu­ca­tion, re­le­vant que l’or­ga­ni­sa­tion pa­tro­nale ap­pelle à un dia­logue pu­blic-pri­vé et à des concer­ta­tions im­pli­quant toutes les par­ties pour lan­cer ces ré­formes. Le re­pré­sen­tant ré­sident de la Fon­da­tion al­le­mande Kon­rad-Ade­nauer-Stif­tung, par­te­naire du CJD, Har­dy Osr­ty, a ap­pe­lé, lui, à ac­com­pa­gner les ré­formes de cam­pagnes de vul­ga­ri­sa­tion et de com­mu­ni­ca­tion pour réus­sir à ins­tau­rer les chan­ge­ments éco­no­miques et so­ciaux es­pé­rés. Pré­sent à ce congrès, Pe­dro Lourtie, am­bas­sa­deur du Por­tu­gal à Tu­nis, a in­vi­té les res­pon­sables tu­ni­siens à s’ins­pi­rer de l’ex­pé­rience du Por­tu­gal «qui a vé­cu éga­le­ment une tran­si­tion po­li­tique», d’au­tant plus que les deux éco­no­mies sont presque si­mi­laires, no­tam­ment au ni­veau des sec­teurs du tou­risme et des TIC. D’après Lourtie, l’éco­no­mie por­tu­gaise a pu se rat­tra­per en lan­çant des ré­formes dures por­tant prin­ci­pa­le­ment sur une baisse des sa­laires et pen­sions et une aug­men­ta­tion des im­pôts. Sur cette ques­tion, le mi­nistre des Fi­nances, Slim Cha­ker, a pré­ci­sé que la Tu­ni­sie a ses spé­ci­fi­ci­tés et qu’elle est dif­fé­rente du Por­tu­gal. «Il faut prendre en compte ces spé­ci­fi­ci­tés et ne pas cal­quer un mo­dèle éco­no­mique tout prêt sur la Tu­ni­sie», a-t-il dit, rap­pe­lant les nou­velles me­sures ré­for­mistes ins­crites dans la loi de fi­nances pour l’exer­cice 2016. Pour sa part, Yas­sine Bra­him, mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment et de la Co­opé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, a pré­ci­sé que la re­lance de l’in­ves­tis­se­ment pri­vé, qui re­pré­sente seule­ment 60% du pro­duit in­té­rieur brut (PIB), doit être ac­com­pa­gnée de ré­formes ad­mi­nis­tra­tives, re­le­vant que ces ré­formes ont dé­jà dé­mar­ré. Le mi­nistre de la For­ma­tion pro­fes­sion­nelle et de l’Emploi, Zied Laadha­ri, a sou­li­gné, de son cô­té, que la créa­tion de l’emploi dé­pend de la crois­sance éco­no­mique et du dy­na­misme dans la pays. Au ni­veau de son dé­par­te­ment, il a pré­ci­sé que des ré­formes sont en­ga­gées. Elles visent sur­tout à adap­ter la for­ma­tion aux be­soins du mar­ché du tra­vail, a-t-il pré­ci­sé.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.