LA RE­CONS­TI­TU­TION DE L’AN­CIENNE FO­RÊT EST DÉ­JÀ COM­MEN­CÉE AU­TOUR DE SFAX

La Presse Business (Tunisia) - - LU POUR VOUS -

Que le centre de la Tu­ni­sie ait dû, ja­dis, sa pros­pé­ri­té aux cultures frui­tières, on le tien­dra pour dé­mon­tré, sans doute. Mais qu’il y soit propre en­core, ce­la de­man­dait à être ex­pé­ri­men­té pra­ti­que­ment. L’agri­cul­ture, en ef­fet, ne sau­rait se conten­ter des don­nées de l’éru­di­tion. Cette ex­pé­rience est faite. La re­cons­ti­tu­tion de l’an­cienne fo­rêt est com­men­cée, et ce com­men­ce­ment pro­voque, dès main­te­nant, l’ad­mi­ra­tion de tous les vi­si­teurs de Sfax par les pro­por­tions ex­cep­tion­nelles des oli­viers, qui y at­teignent les di­men­sions d’un noyer de moyenne gran­deur. Le cas de cette ville est, en abré­gé, ce­lui de tout le centre de la Tu­ni­sie. Son sort est étroi­te­ment lié à la culture de l’oli­vier. Cette culture est-elle flo­ris­sante? La ville est flo­ris­sante. Cette culture dé­cline-t-elle ? La ville dé­cline aus­si. Au on­zième

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.