POUR­QUOI EST-CE AVAN­TA­GEUX ?

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCE - Par Me­riem KHDIMALLAH

Au­cours l’as­sem­blée gé­né­rale or­di­naire d’Amen Bank pour l’exer­cice 2014, Ahmed El Ka­ram, pré­sident de son di­rec­toire, a an­non­cé que dans le cadre de son plan stra­té­gique, la banque mise sur le dé­ve­lop­pe­ment par son éta­blis­se­ment de nou­velles tech­no­lo­gies et de nou­veaux ca­naux, no­tam­ment par la créa­tion d’une banque vir­tuelle. Amen Bank ho­nore, au­jourd’hui, ses en­ga­ge­ments et an­nonce le lan­ce­ment, à par­tir de l’an­née pro­chaine, de la pre­mière banque en ligne en Tu­ni­sie: Amen First Bank. La nou­velle a été confir­mée lors d’une confé­rence de presse te­nue ré­cem­ment à Tu­nis à la­quelle as­sis­tait, no­tam­ment Noô­mane Feh­ri, mi­nistre des Tech­no­lo­gies de l’In­for­ma­tion et de l’Eco­no­mie nu­mé­rique. M.Feh­ri, qui a sa­lué le nou­veau pro­jet, a as­su­ré qu’avec le lan­ce­ment de banques en lignes, le sec­teur de­vrait vivre une ré­vo­lu­tion to­tale comme l’a connue la mu­sique ou en­core les té­lé­coms. «Moins chère, plus ré­ac­tive, Amen First Bank, de­vrait plaire à une clien­tèle dé­si­reuse de ne plus perdre de temps en agence. La banque de de­main per­met, ain­si, à n’im­porte qui, n’im­porte où, d’ou­vrir un compte...C’est ce que j’ap­pelle l’éga­li­té des chances», a-t-il dé­cla­ré. Le mi­nistre a ajou­té que les banques en ligne offrent à clients des so­lu­tions in­no­vantes pour gé­rer leurs comptes sur le web. «Il est temps d’aban­don­ner le mo­dèle pu­re­ment phy­sique dit de brique et de mor­tier (bricks and mor­tar) pour s’orien­ter vers un mo­dèle de ‘’clicks and mor­tar’’…Dé­sor­mais, le client n’a plus be­soin de se dé­pla­cer ni de rem­plir ou de si­gner des do­cu­ments ; tout peut se faire par simples clics… Toutes les banques de­vraient in­té­grer la com­po­sante nu­mé­rique dans leur stra­té­gie afin de plaire à leur clien­tèle conser­va­trice et aux adeptes du web», a-t-il en­core pré­ci­sé. Pour sa part, Ahmed El Ka­ram a in­di­qué que cette nou­velle banque as­su­re­ra l’ou­ver­ture de compte en ligne, les dif­fé­rents vi­re­ments, le char­ge­ment de cartes pré­payées, le chan­ge­ment du mot de passe, la si­mu­la­tion de cré­dit... «Le sec­teur ban­caire tu­ni­sien de­vrait rat­tra­per le re­tard et être dé­sor­mais à la pointe des Ntic (Nou­velles tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion)…Avec la créa­tion de cette nou­velle en­ti­té, nous vi­sons à tou­cher de nou­veaux pu­blics… Comme elle ne pré­sup­pose pas de conseillers ou même de lo­caux, les coûts de cette nou­velle banque se­ront très bas, par­fois même nuls», a-t-il pré­ci­sé. Il est à no­ter qu’en France, les banques en ligne se dis­tin­guaient, au dé­part, avec des offres simples et ré­duites. Mais elles ont, au fur et à me­sure, di­ver­si­fié leurs ac­ti­vi­tés. Il s’agit pour elles de re­cru­ter une nou­velle clien­tèle, mais sur­tout de fi­dé­li­ser la clien­tèle exis­tante, afin de ga­gner en PNB. Au­jourd’hui, l’e-ban­king est un champ de ba­taille. Outre les banques clas­siques, d’autres en­tre­prises se sont mises à dé­ve­lop­per des ser­vices en ligne. Pour le mo­ment, la part de mar­ché des banques sur le web reste faible, mais tous les ac­teurs en­re­gistrent des rythmes de crois­sance sou­te­nus. D’ailleurs, 17 % des Fran­çais en­vi­sa­ge­raient de pas­ser à la banque en ligne. Cette mi­gra­tion se­ra bien­tôt fa­ci­li­tée, puisque le gou­ver­ne­ment a pris des me­sures pour que les par­ti­cu­liers puissent chan­ger de banque plus ai­sé­ment.

Il est temps d’aban­don­ner le mo­dèle pu­re­ment phy­sique dit de brique et de mor­tier (bricks and mor­tar) pour s’orien­ter vers un mo­dèle de ‘’clicks and mor­tar’’…

Noô­mane Feh­ri, mi­nistre des Tech­no­lo­gies de l’In­for­ma­tion et de l’Eco­no­mie nu­mé­rique

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.