IN­FRA­STRUC­TURES EN AFRIQUE

DES PRO­JETS PRO­MET­TEURS POUR L’IN­TÉ­GRA­TION ÉCO­NO­MIQUE

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE -

En sep­tembre 2015, le pre­mier convoi d’es­sai sur la nou­velle ligne de che­min de fer dji­bou­to-éthio­pienne a quit­té la gare. Cette voie fer­rée fa­ci­li­te­ra l’ac­cès aux dif­fé­rents mar­chés de la ré­gion, en re­liant les ca­pi­tales des pays de la ré­gion de Dji­bou­ti au Sou­dan du Sud, en pas­sant par l’Ethio­pie, a dé­cla­ré à cette oc­ca­sion le mi­nistre dji­bou­tien des Trans­ports, Mous­sa Ahmed Has­san. A l’ave­nir, elle de­vra «re­le­ver le ni­veau de l’ac­ti­vi­té éco­no­mique tout en connec­tant l’Afrique de l’Est à l’autre ex­tré­mi­té du conti­nent, c’est-à-dire la côte Ouest». Chez le voi­sin de l’Ethio­pie, au Ke­nya, une nou­velle ligne fer­ro­viaire Mom­ba­sa-Nai­ro­bi, dont les an­ciennes voies ont été construites il y a près d’un siècle au Ke­nya, est en­tré en chan­tier en 2014. Cette nou­velle ligne per­met­tra de ré­duire de dix à quatre heures et de­mie la du­rée du tra­jet de la ca­pi­tale ke­nyane à la plus grande ville por­tuaire du pays. A terme, elle re­lie­ra Nai­ro­bi aux autres ca­pi­tales de l’Afrique de l’Est, dont Kam­pa­la de l’Ou­gan­da, Bu­jum­bu­ra du Bu­run­di et Ju­ba du Sou­dan du Sud. Ce cor­ri­dor fer­ro­viaire ai­de­ra à connec­ter le vaste ar­rière-pays de l’Afrique de l’Est à l’Océan In­dien, ap­por­tant de grandes op­por­tu­ni­tés com­mer­ciales à cette ré­gion. De l’autre cô­té du conti­nent, au Ni­ge­ria, une nou­velle ligne fer­ro­viaire re­lie­ra la ca­pi­tale éco­no­mique de La­gos à Ca­la­bar, ville por­tuaire. En An­go­la, la route fer­ro­viaire de Ben­gue­la re­liant Lo­bi­to, port sur l’Océan At­lan­tique, et Luau, ville de la fron­tière orien­tale, as­su­re­ra une ca­pa­ci­té de trans­port de 20 mil­lions de tonnes de car­gai­sons et de quatre mil­lions de pas­sa­gers par an. En Côte d’Ivoire, une au­to­route de 35 ki­lo­mètres re­lie­ra la ca­pi­tale Abid­jan à Grand-Bas­sam, ville por­tuaire dans le sud-est du pays. Les tra­vaux de mo­der­ni­sa­tion du port d’Abid­jan, fi­nan­cés à hau­teur de 85% par la Chine, ont été of­fi­ciel­le­ment lan­cés en oc­tobre. Le pro­gramme trans­for­me­ra la ca­pi­tale éco­no­mique ivoi­rienne en «plaque tour­nante» du trans­port ma­ri­time en Afrique de l’Ouest. Dans tous ces pro­jets et chan­tiers, on trouve des fi­nan­ce­ments chi­nois ou des en­tre­prises chi­noises en­ga­gées dans les tra­vaux avec leurs col­lègues lo­cales. Jus­qu’en sep­tembre 2015, la Chine a réa­li­sé en Afrique la construc­tion de 5.675 ki­lo­mètres de che­min de fer et de 4.507 ki­lo­mètres de route, se­lon le mi­nistre chi­nois des Af­faires étran­gères, Wang

AGEN­DA 2063

Yi, qui ajoute que son pays ai­de­ra à ré­duire le dé­fi­cit d’in­fra­struc­tures, un obs­tacle sur la voie du dé­ve­lop­pe­ment du conti­nent. «D’ici à 2063, les in­fra­struc­tures re­quises se­ront mises en place pour sou­te­nir l’in­té­gra­tion et la crois­sance ac­cé­lé­rées de l’Afrique, la trans­for­ma­tion tech­no­lo­gique, le com­merce et le dé­ve­lop­pe­ment, y com­pris les ré­seaux fer­rés à grande vi­tesse, les routes, les lignes ma­ri­times, le trans­port ma­ri­time et aé­rien, ain­si que les TIC et l’éco­no­mie nu­mé­rique bien dé­ve­lop­pés. Un ré­seau fer­ré pan­afri­cain à grande vi­tesse re­lie­ra toutes les villes prin­ci­pales et/ou les ca­pi­tales du conti­nent, avec des routes ad­ja­centes et des pi­pe­lines pour le gaz, le pé­trole, l’eau, de même que des câbles TIC à large bande et d’autres in­fra­struc­tures...». Telle est la pers­pec­tive du conti­nent tra­cée par un som­met de l’UA en août 2014. Lors du som­met du Fo­rum sur la co­opé­ra­tion si­no-africaine (Fc­sa), en dé­but dé­cembre 2015 à Jo­han­nes­burg, en Afrique du Sud, le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping a an­non­cé dix grands pro­jets de co­opé­ra­tion si­no-africaine, dont ce­lui concer­nant les in­fra­struc­tures. Dans le Plan d’ac­tion de Jo­han­nes­burg, adop­té à l’is­sue du som­met, les pays afri­cains et leur par­te­naire chi­nois se sont en­ga­gés à co­opé­rer «pour la pla­ni­fi­ca­tion et la mise en oeuvre des pro­jets en vue de la connexion et de l’in­té­gra­tion sous-ré­gio­nales en Afrique», et ce, «confor­mé­ment au pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment d’in­fra­struc­tures trans­na­tio­nales et trans­ré­gio­nales en Afrique». «L’in­té­gra­tion ré­gio­nale est un pi­lier très im­por­tant et c’est l’un des do­maines prio­ri­taires de la co­opé­ra­tion dé­fi­nie par la Chine et par l’Afrique», a dé­cla­ré le mi­nistre sé­né­ga­lais des Af­faires étran­gères Man­keur Ndiaye en marge du som­met de Jo­han­ne­burg. Pour son ho­mo­logue rwan­daise, Louise Mu­shi­ki­wa­bo, les pays afri­cains de­vraient ti­rer par­ti de la co­opé­ra­tion chi­noise pour faire avan­cer leur in­té­gra­tion con­ti­nen­tale, un ob­jec­tif ex­trê­me­ment im­por­tant, en par­ti­cu­lier dans le do­maine des in­fra­struc­tures où la Chine tra­vaille beau­coup sur le conti­nent. Pour être ef­fi­caces, at-elle ajou­té, les pro­jets d’in­fra­struc­tures doivent être in­té­grés dans une vi­sion ré­gio­nale, et non uni­que­ment na­tio­nale.

«D’ici à 2063, les in­fra­struc­tures re­quises se­ront mises en place, pour sou­te­nir l’in­té­gra­tion et la crois­sance ac­cé­lé­rées de l’Afrique, la trans­for­ma­tion tech­no­lo­gique, le com­merce et le dé­ve­lop­pe­ment, y com­pris les ré­seaux

fer­rés à grande vi­tesse, les routes, les lignes ma­ri­times, le trans­port ma­ri­time et aé­rien, ain­si que les TIC et l’éco­no­mie nu­mé­rique bien

dé­ve­lop­pés

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.