“C’EST AVEC DE TELS PRO­JETS QU’ON PEUT CHAN­GER L’ÉCO­NO­MIE”

Est-ce que les en­tre­prises sont do­tées du sys­tème d’in­for­ma­tion ca­pable de gé­né­rer une si­gna­ture élec­tro­nique, émettre des fac­tures nu­mé­riques ex­por­tables dans un for­mat bien pré­cis à Tu­ni­sie Trade Net (TTN) ?

La Presse Business (Tunisia) - - DOSSIER - Par R.M.

Aterme, tout ce qui est nu­mé­ri­sable de­vrait être nu­mé­ri­sé, sou­tient M. Kais Sellami, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion na­tio­nale des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion, re­le­vant de l’Uti­ca. Le e-par­tout, ou le full nu­mé­rique, est une trans­for­ma­tion en marche à l’échelle in­ter­na­tio­nale, et qui tou­che­ra les en­tre­prises, l’Etat et le ci­toyen, ajoute-t-il. C’est dans ce cadre que s’ins­crit l’en­cou­ra­ge­ment à l’uti­li­sa­tion de la fac­ture élec­tro­nique pré­vu par l’ar­ticle 22 de la loi de fi­nances 2016, af­firme-t-il. En tant que re­pré­sen­tant des en­tre­prises opé­rantes dans le do­maine des TIC, il es­time qu’il s’agit d’une au­baine, «puisque ce­la va dans le sens de la nu­mé­ri­sa­tion de l’éco­no­mie». L’adop­tion de la fac­tu­ra­tion élec­tro­nique se tra­duit par une de­mande de plu­sieurs ser­vices di­gi­taux, al­lant du trai­te­ment à l’ar­chi­vage des do­cu­ments, ce qui consti­tue des op­por­tu­ni­tés d’af­faires pour les en­tre­prises du sec­teur. Et les quelques ex­pé­riences réus­sies de l’uti­li­sa­tion des TIC dans des opé­ra­tions ad­mi­nis­tra­tives, fi­nan­cières et com­mer­ciales cou­rantes, sou­ligne-t-il, té­moignent du po­ten­tiel des ac­ti­vi­tés à forte te­neur en tech­no­lo­gie en Tu­ni­sie. Tou­te­fois, l’infrastructure tech­no­lo­gique des en­tre­prises et de l’ad­mi­nis­tra­tion, se­lon M.Sellami, n’est pas vrai­ment fa­vo­rable à l’im­plé­men­ta­tion d’un tel ser­vice de fac­tu­ra­tion élec­tro­nique. « Le pre­mier frein consiste en l’in­suf­fi­sance de per­for­mances du ré­seau de té­lé­com­mu­ni­ca­tion. Le deuxième se si­tue au ni­veau de l’infrastructure dans l’en­tre­prise», énu­mère-t-il. Et de s’in­ter­ro­ger «Est-ce que les en­tre­prises sont do­tée du sys­tème d’in­for­ma­tion ca­pable de gé­né­rer une si­gna­ture élec­tro­nique, émettre des fac­tures nu­mé­riques ex­por­tables dans un for­mat bien pré­cis à Tu­ni­sie Trade Net (TTN) ?». Bien que la pla­te­forme de TTN soit suf­fi­sam­ment sé­cu­ri­sée, il es­time que des fai­blesses per­sistent au ni­veau des sys­tèmes d’in­for­ma­tion des en­tre­prises. «En d’autres termes, l’en­tre­prise craint d’éven­tuelles in­tru­sions dans son sys­tème lors des exé­cu­tions des opé­ra­tions», sim­pli­fie-t-il. Les en­tre­prises de­vraient, alors, in­ves­tir dans la sé­cu­ri­té de leurs ap­pli­ca­tions et pro­grammes. Sur un autre plan, il est de cou­tume en Tu­ni­sie que la tech­no­lo­gie ali­mente les craintes, ce qui al­tère la confiance des opé­ra­teurs dans le nu­mé­rique. «Hor­mis les mul­ti­na­tio­nales, les opé­ra­teurs tu­ni­siens sont ré­ti­cents à tout ce qui est nu­mé­rique», dé­plore-t-il. Face à ces ap­pré­hen­sions et ces in­ves­tis­se­ments sup­plé­men­taires, il convient de se de­man­der si les en­tre­prises sont réel­le­ment mo­ti­vées pour adop­ter ce nou­veau mode de fac­tu­ra­tion. «Ce qui va les at­ti­rer, c’est l’op­por­tu­ni­té de tra­vailler avec des opé­ra­teurs in­ter­na­tio­naux», sou­ligne-t-il, rap­pe­lant que cer­tains clients étran­gers exigent de leurs four­nis­seurs tu­ni­siens une fac­tu­ra­tion élec­tro­nique et une infrastructure tech­no­lo­gique adé­quate. Pa­ral­lè­le­ment,

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.