Que du bon­heur pour les banques !

Les dis­po­si­tions de l’ar­ticle 26 de la loi de fi­nances com­plé­men­taire 2015 n’au­raient que des im­pacts po­si­tifs aus­si bien pour les banques, les clients et les pro­mo­teurs im­mo­bi­liers. C’est ce qu’es­time Was­sim Mes­sa­di, ex­pert en ma­na­ge­ment ban­caire. Les di

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - Par Omar KAMMOUN

«C’est l’une des prin­ci­pales me­sures prises, ces der­nières an­nées et tou­chant di­rec­te­ment le sec­teur ban­caire». Was­sim Mes­sa­di n’hé­site pas à af­fi­cher son op­ti­misme, si­non sa cer­ti­tude de voir l’ar­ticle 26 de la LFC 2015 dé­clen­cher une vé­ri­table dy­na­mique éco­no­mique, dans un contexte de ré­ces­sion et d’in­cer­ti­tude. Et pour cause : toutes les par­ties pre­nantes n’en ti­re­ront que des avan­tages. Cô­té pro­mo­teurs im­mo­bi­liers, cette me­sure fis­cale per­met­trait une « meilleure com­mer­cia­li­sa­tion de leur stock », s’éle­vant à plu­sieurs di­zaines de mil­liers de lo­ge­ments, tous types confon­dus. Force est de rap­pe­ler, à ce ni­veau, que se­lon le der­nier re­cen­se­ment gé­né­ral, ef­fec­tué par l’INS (Ins­ti­tut na­tio­nal de la sta­tis­tique), on compte en Tu­ni­sie aux en­vi­sons de 580.000 lo­ge­ments vides. Un stock énorme et in­quié­tant, se­lon les spé­cia­listes. «Une fois cette dy­na­mique com­mer­ciale en­clen­chée, elle pro­vo­que­ra au­to­ma­ti­que­ment d’autres dy­na­miques. Les pro­mo­teurs vont pou­voir rem­bour­ser leurs dettes au­près des banques et, ain­si, amé­lio­rer la clas­si­fi­ca­tion pru­den­tielle du sec­teur», af­firme Was­sim Mes­sa­di.

QUAND LE B­TI­MENT VA, TOUT VA

De cette nou­velle dy­na­mique im­mo­bi­lière, ce sont les banques qui vont pro­fi­ter le plus : les dé­pôts à termes aug­men­te­ront, ce qui per­met­tra de ré­soudre les pro­blèmes de tré­so­re­rie et de li­qui­di­té et de ré­duire le re­cours au cré­dit in­ter­ban­caire. Les banques au­ront, éga­le­ment, une meilleure ca­pa­ci­té de ré­pondre po­si­ti­ve­ment aux dif­fé­rentes de­mandes de cré­dits et, par-de­là, elles amé­lio­re­ront leur pro­duit net ban­caire. L’im­pact se­ra en­core plus im­por­tant pour les trois banques pu­bliques. «Cette dy­na­mique éco­no­mique coïn­cide avec le dé­mar­rage des plans de re­struc­tu­ra­tion des banques pu­bliques qui au­ront cer­tai­ne­ment be­soin d’avoir le plus de li­qui­di­té pos­sible», pré­cise l’ex­pert en ma­na­ge­ment ban­caire. Et d’ajou­ter : «Les banques pu­bliques, no­tam­ment la STB, sont lour­de­ment en­ga­gées dans le sec­teur tou­ris­tique qui s’ac­ca­pare la part du lion du to­tal des cré­dits ac­cor­dés. Or, ce sec­teur passe ac­tuel­le­ment par une vé­ri­table crise et est donc in­ca­pable d’ho­no­rer ses en­ga­ge­ments avec les banques». D’où les bé­né­fices que réa­li­se­ront ces banques au ni­veau im­mo­bi­lier, et qui vont per­mettre de com­pen­ser les pertes

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.