LA VOIE CO­OPÉ­RA­TIVE DANS L’ES­PRIT DE BOUR­GUI­BA

Nous re­pro­dui­sons ci-après la deuxième par­tie du texte du dis­cours pro­non­cé par le pre­mier pré­sident de la Ré­pu­blique tunisienne à la Bourse du Tra­vail de Tu­nis, à l’ou­ver­ture du Con­grès na­tio­nal de la co­opé­ra­tion tunisienne, le 25 mai 1962.

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE -

L’IN­TER­MÉ­DIAIRE REM­PLIT UNE FONC­TION SO­CIALE

Il est aus­si une po­si­tion non moins re­dou­table que celle que nous ve­nons de dé­crire, et dont l’oc­cu­pa­tion per­met à un homme sans conscience de pa­ra­ly­ser la cir­cu­la­tion des ri­chesses et de te­nir ses sem­blables à sa mer­ci. C’est celle de l’homme qui s’in­ter­pose entre le consom­ma­teur et le pro­duc­teur. Le pro­duc­teur, en dé­fi­ni­tive, doit écou­ler sa mar­chan­dise sur le mar­ché. Il ne connaît pas le consom­ma­teur, mais seule­ment l’in­ter­mé­diaire qui lui im­pose ses prix. Il ar­rive par­fois que l’in­ter­mé­diaire ruine son four­nis­seur qui ne peut lui ré­sis­ter lors­qu’il a des be­soins d’ar­gent ou dé­tient des den­rées pé­ris­sables. Ayant ac­quis la mar­chan­dise à bas prix, l’in­ter­mé­diaire se tourne alors vers le consom­ma­teur pour la lui im­po­ser au prix fort, car s’il est en me­sure, grâce à ses ré­serves fi­nan­cières, de sto­cker la mar­chan­dise, le consom­ma­teur, lui, a be­soin de man­ger et ne peut at­tendre. C’est ain­si que, à par­tir de ce point stra­té­gique, cer­tains in­ter­mé­diaires ont pu faire tant de mal. Il y a là un pro­blème qui a fait pâ­lir plus d’un pen­seur, don­né bien des sou­cis et pro­vo­qué bien des ré­vo­lu­tions. Com­ment mettre fin à cette in­jus­tice qui ré­sulte de l’évo­lu­tion éco­no­mique pro­vo­quée par l’ir­rup­tion de nou­veaux moyens de pro­duc­tion et par le re­lè­ve­ment des ni­veaux de vie. C’est ici que les théo­ri­ciens ont eu libre car­rière. Puisque le pos­ses­seur des moyens de pro­duc­tion exerce son joug sur les hommes, il n’y a qu’à le sup­pri­mer et mettre les moyens de pro­duc­tion entre les mains des ou­vriers. Les terres se sont-elles concen­trées entre les mains d’une mi­no­ri­té? Il faut les lui ar­ra­cher, les par­ta­ger en pe­tites par­celles et les dis­tri­buer. S’agit-il des in­ter­mé­diaires? Ils se­ront sup­pri­més et le consom­ma­teur se­ra en liai­son di­recte avec le pro­duc­teur. Ces so­lu­tions, qui vous ap­pa­raissent bien sim­plistes, ont été pré­co­ni­sées et, dans cer­tains pays, mises en ap­pli­ca­tion. C’était là une ré­ac­tion contre les abus des in­ter­mé­diaires qui, à force de ponc­tions suc­ces­sives, fi­nis­saient par rui­ner le consom­ma­teur et le pro­duc­teur en même temps. Certes, les in­ter­mé­diaires, com­mis­sion­naires, trans­por­teurs, por­te­faix, etc., ont droit à une ré­mu­né­ra­tion pour l’ef­fort qu’ils four­nissent en rap­pro­chant la pro­duc­tion du consom­ma­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.