LA CRISE DE L’AP­PRO­VI­SION­NE­MENT

La Presse Business (Tunisia) - - BUSINESS -

Pour col­lec­ter les huiles usa­gées, il fal­lait pro­mou­voir la fi­lière de col­lecte en en­cou­ra­geant les opé­ra­teurs en amont de Bio­dex, les fu­turs four­nis­seurs, pour as­su­rer un ap­pro­vi­sion­ne­ment conti­nu. Sauf que ces col­lec­teurs, au lieu de four­nir Bio­dex, ont op­té pour l’ex­por­ta­tion en l’état des huiles usa­gées sans au­cune va­lo­ri­sa­tion. Sur le plan ma­croé­co­no­mique, il s’agit d’une perte sèche de la va­leur ajou­tée qui se­ra cap­tée par les im­por­ta­teurs qui trans­forment cette ma­tière. Sur le plan mi­croé­co­no­mique, Bio­dex s’est trou­vé en rup­ture de stock de ma­tière pre­mière, donc à l’ar­rêt. «Une en­tre­prise d’un ca­pi­tal de 3 mille di­nars ex­porte 3.5 mil­lions de tonnes d’huiles non va­lo­ri­sées, soit un chiffre d’af­faires de 6 mil­lions de di­nars» . Cette en­tre­prise et ses consoeurs ne font que faire dis­pa­raître la ma­tière pre­mière. «Pis en­core, les deux autres en­tre­prises qui ont été agréées, à l’ins­tar de Bio­dex, pour pro­duire du bio­die­sel ne font, elles aus­si, que vendre des huiles usa­gées en l’état» , s’alarme-t-il. Cette fuite de la ma­tière pre­mière non va­lo­ri­sée conti­nue de plus belle de­puis des an­nées pour de­ve­nir la norme. «Ces opé­ra­teurs sont sa­tis­faits par les miettes dis­tri­buées par nos concur­rents étran­gers» , dé­plore-t-il, lais­sant en­tendre qu’il s’agit d’une ma­noeuvre vi­sant à as­phyxier le concur­rent tu­ni­sien en le pri­vant de ma­tière pre­mière. Cette si­tua­tion se tra­duit par une perte d’en­vi­ron trois mil­lions de di­nars af­fi­chée dans les états fi­nan­ciers de Bio­dex, l’en­tre­prise qui avait in­ves­ti plus de 4 mil­liards de di­nars. «C’est la pa­tience des banques pu­bliques qui nous a sau­vés jusque-là» , avoue M. Bez­zar­ga. Les ban­quiers croient en­core dans le pro­jet, pour­suit-il, qui dé­col­le­ra une fois le pro­jet de loi, dé­jà prêt, vi­sant à li­mi­ter les exportations des huiles non va­lo­ri­sées entre en vi­gueur. L’ins­tau­ra­tion d’une taxa­tion de ces exportations en l’état ou les ban­nir car­ré­ment ga­ran­ti­raient le fonc­tion­ne­ment des en­tre­prise de pro­duc­tion de bio­die­sel ju­si­fie­ra le bien-fon­dé du pro­jet de loi en sus­pens. Et de com­pa­rer : «Le mo­dèle de la So­tu­lub, l’uni­té de ré­gé­né­ra­tion des huiles usa­gées, offre une base de ré­fé­rence pour la ju­ri­dic­tion et l’or­ga­ni­sa­tion du sec­teur de la pro­duc­tion du Bio­die­sel» .

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.