MIEUX QUE L’IN­DÉ­PEN­DANCE, LA

Le pro­jet du nou­veau sta­tut de la BCT ne pré­voit pas la mise en place d’un mé­ca­nisme de co­or­di­na­tion avec l’exé­cu­tif. Une la­cune de taille, se­lon les ex­perts.

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCE - Par Omar KAMMOUN

Ac­com­pa­gner le pro­jet du sta­tut de la BCT (Banque cen­trale de Tu­ni­sie) par un pro­jet de ré­formes stra­té­giques le jus­ti­fiant, telle est l’une des prin­ci­pales re­com­man­da­tions qui ont émer­gé des tra­vaux du sym­po­sium or­ga­ni­sé par l’OIT (Ordre des in­gé­nieurs tu­ni­siens) en par­te­na­riat avec l’As­so­cia­tion des Tu­ni­siens di­plô­més des uni­ver­si­tés al­le­mandes, sur le thème : «Le nou­veau sta­tut de la BCT, in­dé­pen­dance et ré­formes at­ten­dues» . Adop­té fin oc­tobre 2015 par le Con­seil des mi­nistres, le pro­jet-loi du nou­veau sta­tut de la BCT fait, en ef­fet, de plus en plus dé­bat au­près des spé­cia­listes. «Du cô­té de la Banque cen­trale, on es­time que ce pro­jet s’ins­crit dans la conti­nui­té des ré­formes en­ga­gées de­puis 1958. De mon cô­té je pense que c’est tout à fait lo­gique de s’ins­crire dans le sillage des ré­formes ins­ti­tu­tion­nelles en­ga­gées dans le pays de­puis 2011, sur­tout que les textes ac­tuels sont très com­plexes et ne fa­ci­litent pas la mis­sion de la BCT» , ex­plique l’éco­no­miste Ali Cheb­bi lors de la ren­contre. Or, ce pro­jet-loi, com­po­sé de 100 ar­ticles, s’avère lar­ge­ment do­mi­né par les me­sures ren­for­çant l’in­dé­pen­dance de l’ins­ti­tut d’émis­sion, quelle qu’en soit la ty­po­lo­gie (fonc­tion­nelle/ or­ga­nique, lé­gale/réelle, par les ins­tru­ments/les ob­jec­tifs, de jure/de fac­to,..), et dé­vo­luant à l’ins­ti­tu­tion plus de com­pé­tences par rap­port à ce­lui de 2006, mais moins de res­pon­sa­bi­li­sa­tion. «Plus d’un tiers du pro­jet est consa­cré de ma­nière ex­pli­cite ou im­pli­cite à l’in­dé­pen­dance de la Banque cen­trale» , pré­cise l’éco­no­miste.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.