LA TU­NI­SIE “PLU­TÔT PAS LIBRE”

La Presse Business (Tunisia) - - GOUVERNANCE -

La Tu­ni­sie a été clas­sée dans la ca­té­go­rie des pays «plu­tôt pas libre» se­lon l’édi­tion 2016 de l’in­dice de li­ber­té éco­no­mique, pu­bliée, la se­maine der­nière, par le Think-Tank amé­ri­cain He­ri­tage Foun­da­tion et le Wall Street Jour­nal. La Tu­ni­sie oc­cupe la 114e po­si­tion sur un to­tal de 178 pays à tra­vers le monde et 19e sur un to­tal de 49 pays afri­cains. Pour ce qui est de l’ac­cès au mar­ché do­mes­tique, le rap­port dé­taille plu­sieurs bar­rières à l’en­trée. Les taxes pèsent très lourd, se­lon les ré­dac­teurs du rap­port, se si­tuant à un ni­veau très éle­vé de 13,9 %. « Cer­taines im­por­ta­tions agri­coles ren­contrent des obs­tacles sup­plé­men­taires », peut-on lire sur le site de la fon­da­tion. De même, les en­tre­prises pu­bliques faussent le libre-jeu de la concur­rence dans le mar­ché en in­ter­ve­nant di­rec­te­ment dans plu­sieurs sec­teurs d’ac­ti­vi­té, cen­sés être des do­maines concur­ren­tiels. Dans la même li­gnée, les in­ves­tis­se­ments étran­gers dans cer­tains sec­teurs de­meurent sou­mis à un contrôle du gou­ver­ne­ment et des au­to­ri­sa­tions préa­lables. Pa­ral­lè­le­ment, la fai­blesse du sec­teur fi­nan­cier, qui reste frag­men­té et do­mi­né par l’Etat, no­tam­ment les banques pu­bliques, n’est pas en me­sure de boos­ter les in­ves­tis­se­ments et l’éco­no­mie en gé­né­ral. Dans cette confi­gu­ra­tion, l’ac­cès au cré­dit reste li­mi­té, et les mar­chés fi­nan­ciers sont sous-dé­ve­lop­pés, es­timent-ils. Sur un autre plan, le taux de l’im­pôt sur le re­ve­nu des per­sonnes phy­siques est de 35%, et le taux d’im­po­si­tion des so­cié­tés se si­tue à 30%. En ad­di­tion­nant les autres im­pôts, dont la TVA et la taxe de trans­fert de pro­prié­té, la pres­sion fis­cale glo­bale avoi­sine les 21,7% du re­ve­nu. En re­vanche cette pres­sion fis­cale n’a pas réus­si à gé­né­rer les res­sources suf­fi­santes, puisque le solde bud­gé­taire conti­nue d’af­fi­cher du rouge, et la dette pu­blique s’est en­vo­lée à plus de 45% du PIB, bien que les dé­penses pu­bliques aient di­mi­nué de 29,8% au PIB. L’ob­jec­tif de ré­duire le dé­fi­cit à 5% du PIB, en 2015, en par­tie par la ré­duc­tion des sub­ven­tions ali­men­taires et éner­gé­tiques, a été par­tiel­le­ment at­teint grâce à la chute des prix mon­diaux du pé­trole. Par ailleurs, la ré­gle­men­ta­tion ri­gide ré­gis­sant le mar­ché du tra­vail a fa­vo­ri­sé la stag­na­tion et échoué à fa­ci­li­ter la créa­tion d’em­plois. Se­lon les com­men­taires des concep­teurs de l’in­dice, la Tu­ni­sie pour­suit sa dif­fi­cile tran­si­tion vers une dé­mo­cra­tie stable et l’éta­blis­se­ment de la pri­mau­té du droit.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.