COM­MENT IN­TER­DIRE LES SACS EN PLAS­TIQUE?

Quel im­pact au­ra la dé­ci­sion d’in­ter­dire la fa­bri­ca­tion et la dis­tri­bu­tion des sacs en plas­tique en Tu­ni­sie, alors que 80% de ces sacs sont im­por­tés d’Al­gé­rie? C’est par ce e ques­tion que le vice-pré­sident de la Chambre syn­di­cale na­tio­nale des fa­bri­cants

La Presse Business (Tunisia) - - ECOLO -

En Tu­ni­sie, le com­merce pa­ral­lèle pro­li­fère de­puis la ré­vo­lu­tion, dé­pas­sant 50% de l’éco­no­mie na­tio­nale. C’est un monstre qui s’at­taque pra­ti­que­ment à tous les do­maines et ag­grave les dif­fi­cul­tés bud­gé­taires du pays. La dé­ci­sion du dé­par­te­ment de l’En­vi­ron­ne­ment a fait, certes, le grand bon­heur des éco­lo­gistes. Car, ces mil­liards de sacs très pol­luants je­tés dans la na­ture, dé­fi­gurent le vi­sage de la Tu­ni­sie et met­tront plu­sieurs cen­taines d’an­nées à se dé­gra­der. Mais, ce bon­heur est loin d’être par­ta­gé par les in­dus­triels qui contestent une «dé­ci­sion ar­bi­traire et non res­pon­sable». Bradaï in­dique que «l’in­dus­trie du plas­tique en Tu­ni­sie, contri­bue à 3% du PIB. Elle compte plus de 100 en­tre­prises em­ployant en­vi­ron 30.000 per­sonnes en Tu­ni­sie, dont 15.000 em­plois di­rects. Elle ne peut être, du jour au len­de­main, rayée du tis­su in­dus­triel». La Chambre syn­di­cale des fa­bri­cants trans­for­ma­teurs de plas­tique a ex­pri­mé ses vifs re­grets et son mé­con­ten­te­ment pour la dé­ci­sion du mi­nis­tère, af­fir­mant qu’elle (la dé­ci­sion) va cau­ser la fer­me­ture de plu­sieurs uni­tés, ac­croître le nombre des chô­meurs et dé­té­rio­rer da­van­tage les condi­tions so­ciales. Le res­pon­sable de l’Uti­ca, es­time que le mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment n’a pas res­pec­té la conven­tion si­gnée en 1996 dans le cadre du pro­gramme Eco­lef qui sti­pule une co­ti­sa­tion en­vi­ron­ne­ment de 5% à l’im­por­ta­tion des ma­tières pre­mières pour l’in­dus­trie du plas­tique. Cette dé­duc­tion di­recte gé­nère, se­lon ses dires, des re­cettes d’en­vi­ron 200 mil­liards de mil­limes par an, au pro­fit du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment. «Un bud­get des­ti­né, comme conve­nu à cette époque, à la col­lecte, la ges­tion et la va­lo­ri­sa­tion des plas­tiques» . Il re­lève que «l’Etat conti­nue d’adop­ter un prix de 1 di­nar le ki­lo de sacs en plas­tique, im­por­tés, pour­tant le ki­lo de ma­tière pre­mière im­por­tée est es­ti­mé à plus de 3 di­nars, ce qui en­cou­rage in­di­rec­te­ment les an­ciens ré­seaux du clan de Na­jet Ben Ali qui conti­nuent de pros­pé­rer. Ceux-ci ac­ca­pa­raient le mar­ché d’im­por­ta­tion des sacs en plas­tique en Tu­ni­sie avant la ré­vo­lu­tion et bé­né­fi­ciaient de tous les avan­tages doua­niers pos­sibles» . Il faut avant tout s’at­ta­quer à la contre­bande et au com­merce in­for­mel, in­ter­dire l’im­por­ta­tion de ma­chines à fa­bri­quer des sacs en plas­tique, et

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.