LE FONDS DE CO­LO­CA­LI­SA­TION FRAN­CO-TU­NI­SIEN EST NÉ

Une nou­velle lo­gique semble s’im­po­ser dans les mi­lieux d’af­faires. Dé­sor­mais, on par­le­ra beau­coup plus de co­lo­ca­li­sa­tion que de dé­lo­ca­li­sa­tion. N’est-ce pas l’union qui fait la force ?

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCE - Par Omar KAMMOUN

Bonne nou­velle pour les PME en quête de fi­nan­ce­ment : un nou­veau fonds d’in­ves­tis­se­ment vient d’être lan­cé conjoin­te­ment par Afri­cin­vest et Si­pa­rex. Bap­ti­sé Fonds de co­lo­ca­li­sa­tion fran­co-tu­ni­sien, il est pro­mu et sous­crit à parts égales par deux in­ves­tis­seurs ins­ti­tu­tion­nels pu­blics tu­ni­sien et fran­çais, en l’oc­cur­rence la CDC (Caisse des dé­pôts et consi­gna­tions) et Bpif­rance (Banque pu­blique d’in­ves­tis­se­ment). Ce nou­vel ac­teur dans la place fi­nan­cière des deux pays ci­ble­ra en prio­ri­té les PME per­for­mantes ou à fort po­ten­tiel, ani­mées par des di­ri­geants ayant une ap­proche in­no­vante dans leurs seg­ments d’ac­ti­vi­té res­pec­tifs, re­cher­chant des ca­pi­taux et un ac­com­pa­gne­ment in­ter­na­tio­nal concret. D’une taille ini­tiale de 20 mil­lions d’eu­ros et d’une du­rée de vie de 10 ans, le Fonds s’ins­crit, en fait, dans un ob­jec­tif de dé­ve­lop­pe­ment des re­la­tions éco­no­miques fran­co-tu­ni­siennes à tra­vers le fi­nan­ce­ment de PME des deux pays à fort po­ten­tiel de crois­sance, sus­cep­tibles de dé­ve­lop­per leurs ac­ti­vi­tés res­pec­ti­ve­ment dans les deux pays. Les sec­teurs pri­vi­lé­giés pour les in­ves­tis­se­ments se­ront, à titre in­di­ca­tif, les Tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion, la San­té, la Phar­ma­cie et l’Edu­ca­tion, les In­dus­tries agroa­li­men­taires, les In­dus­tries ma­nu­fac­tu­rières, mé­ca­niques et élec­tro­niques, le Trans­port et la lo­gis­tique, le Tou­risme et les loi­sirs, ain­si que les Energies re­nou­ve­lables et les cleantech. En sus­ci­tant et en ac­com­pa­gnant la crois­sance de ces en­tre­prises, le Fonds contri­bue­ra, en outre, à pro­mou­voir l’in­no­va­tion, la bonne gou­ver­nance et la trans­pa­rence, à dé­ve­lop­per les ventes à l’ex­port et à pro­mou­voir les em­plois stables et à va­leur ajou­tée dans les deux pays.

AC­COM­PA­GNER LES EN­TRE­PRISES DES DEUX PAYS

«La phi­lo­so­phie du Fonds et son mode opé­ra­toire cor­res­pondent par­fai­te­ment aux at­tentes des PME tu­ni­siennes et fran­çaises» , af­firme Slim Cha­ker, mi­nistre des Fi­nances, lors de la cé­ré­mo­nie du lan­ce­ment du Fcft, te­nue ven­dre­di 5 fé­vrier à Tu­nis. Il cite, dans ce cadre, une étude d’éva­lua­tion des 20 ans de l’ac­cord d’as­so­cia­tion entre la Tu­ni­sie et l’Union eu­ro­péenne se­lon la­quelle la ma­jo­ri­té des en­tre­prises tu­ni­siennes, ac­tuel­le­ment non ex­por­ta­trices, pensent à dé­ve­lop­per leur ac­ti­vi­té en pre­mier lieu sur le mar­ché fran­çais, alors que les mar­chés ita­lien, al­le­mand et es­pa­gnol oc­cupent res­pec­ti­ve­ment la 4e, 5e et 6e places. «La France n’est pas sim­ple­ment notre pre­mier par­te­naire éco­no­mique, mais c’est aus­si le pre­mier mar­ché au­quel les ex­por­ta­teurs tu­ni­siens pensent. C’est un ré­flexe lo­gique, au­to­ma­tique et même na­tu­rel. Nous de­vons donc conso­li­der et bien struc­tu­rer cette dé­marche », ajoute le mi­nistre des Fi­nances. Et d’ajou­ter : «Au sein du Fcft on parle de co­lo­ca­li­sa­tion, de re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment, d’in­no­va­tion...Ce sont ces concepts qui vont nous per­mettre d’al­ler vers un nou­veau sché­ma de dé­ve­lop­pe­ment pou­vant ré­pondre aux at­tentes et aux be­soins de l’éco­no­mie tunisienne» . Pre­nant part à la cé­ré­mo­nie, Ched­ly Aya­ri, gou­ver­neur de la BCT (Banque cen­trale de Tu­ni­sie) es­time, lui aus­si, que le Fonds de co­lo­ca­li­sa­tion est dans la me­sure de ré­pondre aux be­soins des en­tre­prises tu­ni­siennes et de les ac­com­pa­gner vers l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion. «Le Fonds per­met­tra, éga­le­ment, d’en­ri­chir le tis­su éco­no­mique des deux pays et sur­tout de conso­li­der da­van­tage les liens dé­jà forts entre la Tu­ni­sie et la France» , pré­cise Ched­ly Aya­ri, met­tant en exergue le rôle im­por­tant qu’a tou­jours joué la langue fran­çaise dans le rap­pro­che­ment des deux pays. De son cô­té, l’am­bas­sa­deur de la France en Tu­ni­sie, ex­plique que le lan­ce­ment du nou­veau fonds ex­prime « l’ap­pui dé­ter­mi­né que la France veut ap­por­ter à la Tu­ni­sie dans cette pé­riode ex­cep­tion­nelle, pour par­ti­ci­per à la re­lance de l’éco­no­mie. La France a tou­jours été et se­ra tou­jours aux cô­tés de la Tu­ni­sie» . Pour lui, les deux pays ont in­té­rêt à ren­for­cer da­van­tage leur co­opé­ra­tion et l’étendre sur tous les do­maines pour ga­ran­tir un ave­nir meilleur pour les jeunes tu­ni­siens et fran­çais.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.