L’ÉTRANGEDESTINDESACTIONS ‘566’ DELABOURSEDEHONGKONG

Le krach des ac­tions chi­noises a mon­tré la fra­gi­li­té des mar­chés asia­tiques et a éclai­ré cer­tains re­coins sombres de la bourse de Hong Kong. L’his­toire ro­cam­bo­lesque des so­cié­tés co­tées sous le sym­bole bour­sier 566, illustre à quel point Hong Kong était a

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES -

Il y a six ans, même les cour­tiers les plus en­thou­siastes au­raient dû se for­cer pour trou­ver un quel­conque in­té­rêt aux ac­tions qui s’échan­geaient sous le sym­bole bour­sier “566” à la Bourse de Hong Kong. Les in­ves­tis­seurs étran­gers cher­chaient certes déses­pé­ré­ment à in­ves­tir dans l’éco­no­mie flo­ris­sante de la Chine mais RBI Hol­dings avait vrai­ment peu d’at­traits : un fa­bri­cant de jouets en plas­tique. A son ca­ta­logue, un ro­bot édu­ca­tif par­lant l’es­pa­gnol. En 2012, “566” s’était mé­tar­mor­pho­sé. Fi­nis les ro­bots jouets. La so­cié­té ven­dait main­te­nant des équi­pe­ments pour pan­neaux so­laires et fai­sait af­faire avec un homme d’af­faires peu connu de Chine conti­nen­tale, Li He­jun, et sa so­cié­té, Ha­ner­gy Group. Trois ans plus tard, l’ac­tion du fa­bri­cant de jouets qui n’in­té­res­sait per­sonne a ex­plo­sé, de­ve­nant l’une des va­leurs les plus hautes de la Bourse de Hong Kong, avec une va­lo­ri­sa­tion bour­sière de 40 mil­liards de dol­lars. Ce qui fai­sait de M. Li le mil­liar­daire le plus riche de Chine, sur le pa­pier. Au­jourd’hui, la co­ta­tion des ac­tions de Ha­ner­gy Thin Film Po­wer est sus­pen­due et le res­te­ra aus­si long- temps que les au­to­ri­tés bour­sières de Hong Kong (qui, ce mois-ci, ont of­fi­ciel­le­ment don­né l’ordre aux mar­chés de sus­pendre les opé­ra­tions sur Ha­ner­gy) n’au­ront pas bou­clé leur en­quête sur ses ac­ti­vi­tés. M. Li, qui a per­du plus de la moi­tié de sa for­tune en seule­ment une heure de tran­sac­tions, quand les ac­tions d’Ha­ner­gy ont plon­gé en mai, est le vi­sage qui sym­bo­lise le krach bru­tal des ac­tions chi­noises, krach qui pro­duit des ondes de choc dans toutes les bourses du monde. L’as­cen­sion et la chute de M. Li et d’Ha­ner­gy éclairent aus­si cer­tains re­coins sombres de la Bourse de Hong Kong, où des cen­taines de pe­tites so­cié­tés co­tées changent dis­crè­te­ment de nom et d’ac­ti­vi­té en une nuit. Le cours de leur ac­tion monte et des­cend, en si­lence. Pour les en­tre­pre­neurs de Chine conti­nen­tale, qui cherchent de­puis long­temps où in­ves­tir (ou bien ca­cher) leur ar­gent, la Bourse de Hong Kong a of­fert un che­min vers la for­tune, mais aus­si vers les in­ves­tis­se­ments en de­vises étran­gères qui peuvent être “ga­rés” dans des pa­ra­dis fis­caux comme les Iles vierges bri­tan­niques. Les en­quê­teurs tentent de com­prendre com­ment un fa­bri­cant de jouets qui per­dait de l’ar­gent a pu de­ve­nir la plus grande suc­cess sto­ry de la Bourse de Hong Kong. Un bon en­droit pour com­men­cer l’en­quête est un bâ­ti­ment bas, si­tué loin du centre-ville ru­ti­lant de Hong Kong : le Town Health Tech­no­lo­gy Cen­ter. C’est dans cet im­meuble de bu­reaux dans le quar­tier grouillant de Sha­tin que “566” a en­ta­mé sa mé­ta­mor­phose en 2010. C’est là qu’il s’est al­lié à une poi­gnée de pe­tites so­cié­tés co­tées en bourse qui ven­daient à peu près tout, de­puis des pro­duits mé­di­caux jus­qu’à des ser­vices fi­nan­ciers en pas­sant par des lo­gi­ciels. Cer­taines s’échan­geaient mu­tuel­le­ment des ac­tions, se prê­taient de l’ar­gent, et

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.