LA FIN DES CONFÉ­RENCES CALL ?

Un jour, à 10h30, j’ai re­çu un rap­pel au­to­ma­tique sur mon mo­bile: je de­vais par­ti­ci­per à 11 heures à une ‘confe­rence call’, une réunion par té­lé­phone. J’ai pas­sé la de­mi-heure sui­vante à va­gue­ment l’ap­pré­hen­der. Puis, à 10h59, j’ai com­po­sé le nu­mé­ro de­man

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES - LU­CY KELLAWAY, FT

Vous êtes la pre­mière per­sonne dans cette confé­rence” m’a in­for­mé la voix élec­tro­nique. J’ai en­suite écou­té de la mu­sique, l’ou­ver­ture de Guillaume Tell, jus­qu’au mo­ment ou une voix ro­bo­ti­sée a an­non­cé: “Si­mon X. vient de re­joindre cette confé- rence”. Deux se­condes plus tard, quel­qu’un qui se pré­nomme Ka­tie est ar­ri­vé. Je n’avais au­cune idée de qui il s’agis­sait, pour l’un comme pour l’autre, mais je leur ai dit bon­jour. “Quel temps fait-il, là où vous vous trou­vez ?” a at­ta­qué Si­mon. Nous nous sommes ap­pli­qués à pro­duire les ba­na­li­tés les plus dé­cou­sues du monde, in­ter­rom­pus par chaque nou­velle ar­ri­vée qui né­ces­si­tait une nou­velle dis­cus­sion sur ce qui était ar­ri­vé et qui ne l’était pas en­core. Quinze mi­nutes après l’heure pré­vue pour le dé­but de la confé­rence, elle a en­fin com­men­cé. Dif­fé­rentes per­sonnes ont par­lé d’un sym­po­sium sur le ma­na­ge­ment où nous de­vions tous in­ter­ve­nir, le mois sui­vant. Quand mon tour

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.