SUSPEND125.000 TWIT­TER COMPTES LIÉS AU TER­RO­RISME

La Presse Business (Tunisia) - - HIGH TECH -

Twit­ter a an­non­cé avoir sus­pen­du 125.000 comptes liés prin­ci­pa­le­ment au groupe ter­ro­riste Etat is­lam­qiue (EI) de­puis la mi-2015. Le ré­seau social, ba­sé aux Etats-Unis et ayant plus de 500 mil­lions d’uti­li­sa­teurs dans le monde, a in­di­qué dans un tweet que sa po­li­tique ne per­met pas l’usage de Twit­ter pour pro­mou­voir le ter­ro­risme. Twit­ter, com­pa­ré aux autres ré­seaux de ce genre ba­sés aux Etats-Unis, a été consi­dé­ré comme plus ré­ti­cent à in­ter­ve­nir contre le conte­nu des mes­sages pos­tés par ses uti­li­sa­teurs. Dans ses presque 10 ans d’exis­tence, il n’a eu un sys­tème de contrôle de conte­nus que contre la por­no­gra­phie in­fan­tile. Se­lon un rap­port pu­blié en 2015 par la Broo­kings Ins­ti­tu­tion, groupe de ré­flexion ba­sé à Wa­shing­ton, l’EI pos­sé­dait au moins 46.000 comptes Twit­ter ac­tifs sur une pé­riode de trois mois en 2014. La pres­sion mise sur Twit­ter afin qu’il en­raye la pro­pa­gande de l’EI et d’autres groupes ex­tré­mistes pro­vient du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain ain­si que d’in­di­vi­dus et de groupes non gou­ver­ne­men­taux. Le mois der­nier, il a été at­ta­qué en jus­tice par la veuve d’un res­sor­tis­sant amé­ri­cain tué dans une at­taque contre un centre de for­ma­tion de la po­lice en Jor­da­nie. La plai­gnante a cla­mé que Twit­ter rend la pro­mo­tion de la vio­lence trop fa­cile pour l’EI. Ce­pen­dant, Twit­ter a in­di­qué qu’il a «tou­jours cher­ché à trou­ver un équi­libre entre le res­pect des propres règles de Twit­ter concer­nant les com­por­te­ments pro­hi­bés, les be­soins lé­gi­times du res­pect de la loi, et la li­ber­té des uti­li­sa­teurs de par­ta­ger li­bre­ment leurs opi­nions, y com­pris les opi­nions que cer­taines per­sonnes pour­raient trou­ver of­fen­santes».

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.