“JE RE­PRÉ­SENTE LE FMI. JE SERS LE MONDE. JE SUIS RESPONSABLEDE70PAYS”

La vie de Zhu Min est très dif­fé­rente de celle de ses pairs à Bei­jing. Alors qu’il passe plus de temps dans un avion que dans sa ré­si­dence de Wa­shing­ton, les dé­pla­ce­ments des of­fi­ciels chi­nois sont stric­te­ment li­mi­tés. Ils ne peuvent faire que deux voyage

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES -

Vous de­vez com­prendre que, pour don­ner les mêmes droits à tous et avoir une po­li­tique uni­fiée, les gens qui font vrai­ment des af­faires à l’étran­ger en pâ­tissent, parce que les fonc­tion­naires lo­caux veulent voya­ger alors qu’ils n’ont pas de réelle ac­ti­vi­té à l’étran­ger.” C’est une cri­tique as­sez fron­tale de la po­li­tique d’un gou­ver­ne­ment au­to­ri­taire, et as­sez in­ha­bi­tuelle dans notre conver­sa­tion. En gé­né­ral, quand nous par­lons des règles du Par­ti com­mu­niste chi­nois ou de ses propres res­pon­sa­bi­li­tés, Zhu Min

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.