RES­PON­SA­BI­LI­TÉ CI­VILE DÉ­CEN­NALE EN TU­NI­SIE

La Presse Business (Tunisia) - - ASSURANCE - Par : Mon­cef FEL­LI

Construire, édi­fier, faire émer­ger du sol un ou­vrage est un acte qui re­vêt une im­por­tance par­ti­cu­lière pour l’homme. Ça re­lève même du sa­cré. Ce­la est vrai de­puis tou­jours. Mais je ne vais pas re­ve­nir à la nuit des temps. Ras­su­rez-vous. Je rap­pel­le­rai qu’au temps du Code de Ham­mou­ra­bi, le construc­teur, pé­na­le­ment, était res­pon­sable vis-àvis des oc­cu­pants des bâ­ti­ments qu’il construit. La consti­tu­tion de l’an 385 de notre ère de Théo­dose 1er dit le Grand, em­pe­reur ro­main (379-395), avait ins­ti­tué une res­pon­sa­bi­li­té de 15 ans pour l’ar­chi­tecte de tra­vaux pu­blics. Il va sans dire que l’ar­chi­tec­ture ac­tuelle de la res­pon­sa­bi­li­té ci­vile dé­cen­nale et son as­su­rance en Tu­ni­sie ne sont pas le fruit du ha­sard. C’est le ré­sul­tat de tout un pro­ces­sus ju­ri­di­co-tech­nique. Car l’acte de bâ­tir est d’ordre pu­blic et il im­plique des per­sonnes pro­fes­sion­nelles ain­si que d’autres per­sonnes no­vices qu’il faut pro­té­ger. Et puis il ne faut pas ou­blier que construire peut gé­né­rer des dom­mages très im­por­tants mal­gré tous les pro­grès tech­niques. Il faut dire que les construc­tions sont de plus en plus so­phis­ti­quées et les dé­fis dans le do­maine dé­passent par­fois la fic­tion. Re­ve­nons à l’as­su­rance res­pon­sa­bi­li­té ci­vile dé­cen­nale en Tu­ni­sie et re­mon­tons à ses sources. L’as­su­rance res­pon­sa­bi­li­té ci­vile dé­cen­nale existe en Tu­ni­sie de­puis le dé­but du siècle der­nier. En ef­fet, le lé­gis­la­teur tu­ni­sien de 1906 (pro­mul­ga­tion du COC) s’ins­pi­rant du Code Ci­vil fran­çais avait ins­ti­tué le prin­cipe de la res­pon­sa­bi­li­té ci­vile des par­ti­ci­pants dans l’acte de construire (mais pas tous). Comme l’acte de construire était im­por­tant et in­té­res­sait l’ordre pu­blic, il fal­lait ins­ti­tuer une res­pon­sa­bi­li­té dé­ro­ga­toire à la res­pon­sa­bi­li­té ci­vile de ‘’droit com­mun’’. Ce­la est consa­cré par l’ar­ticle 876 du COC qui dis­pose : «L’ar­chi­tecte ou in­gé­nieur et l’en­tre­pre­neur char­gés di­rec­te­ment par le maître d’ou­vrage sont res­pon­sables lorsque dans les

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.