QUE PEN­SER DE TOUT CE SYS­TÈME ?

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCE -

Dé­fi­nir de très près la res­pon­sa­bi­li­té ci­vile des in­ter­ve­nants dans l’acte de construire, créer une res­pon­sa­bi­li­té de plein droit, ins­ti­tuer un contrôle pour pré­ve­nir les risques et les nor­ma­li­ser, ins­ti­tuer une obli­ga­tion d’as­su­rance, tout ce­la est louable. Et le lé­gis­la­teur tu­ni­sien avait été bien ins­pi­ré dans ce do­maine. Mais il au­rait fal­lu, de­vant l’obli­ga­tion de s’as­su­rer, ins­ti­tuer une obli­ga­tion d’as­su­rer avec tous les mé­ca­nismes né­ces­saires pour y par­ve­nir. Par ailleurs, il est cer­tain que la mise au point de condi­tions gé­né­rales com­munes ain­si que l’en­cou­ra­ge­ment à la co­as­su­rance pour uti­li­ser toutes les capacités fi­nan­cières des com­pa­gnies et les pla­ce­ments com­muns de la ré­as­su­rance sur le mar­ché mon­dial sont des ini­tia­tives à en­cou­ra­ger. Mais le ver­rouillage ta­ri­faire n’est pas le bien­ve­nu, car il y a un réel ver­rouillage à ce ni­veau. Il au­rait fal­lu, à notre humble avis, lais­ser la concur­rence jouer son rôle bien­fai­sant entre les com­pa­gnies tu­ni­siennes pour les af­faires non ré­as­su­rées ; et pour les af­faires im­por­tantes, sti­mu­ler la concur­rence entre les ré­as­su­reurs mon­diaux pra­ti­quant ce risque. Se trou­ver dans un face-à-face avec un seul ré­as­su­reur li­mite le champ des pos­sibles, et n’est bé­né­fique ni pour les as­su­reurs lo­caux ni pour leurs clients po­ten­tiels.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.