LESSÉNIORSMÈNENTLADANSE

Quand la mai­son de haute cou­ture Cé­line a choi­si l’écri­vaine amé­ri­caine Joan Di­dion, 80 ans, au­teur de ‘L’an­née de la pen­sée ma­gique’ pour être le vi­sage de sa cam­pagne pu­bli­ci­taire, le buzz a en­fié­vré les mé­dias so­ciaux.

La Presse Business (Tunisia) - - BOURSE -

Jo an D i d i on fait par­tie de quelques stars aux che­veux gris choi­sies pour por­ter une cam­pagne pu­bli­ci­taire. Une illus­tra­tion de la fas­ci­na­tion gran­dis­sante du monde du luxe pour la muse ‘ ma­ture’. Yves Saint Laurent s’est, lui, tour­né vers Jo­ni Mit­chell, 71 ans, les cos­mé­tiques Nars ont fait der­niè­re­ment cam­pagne avec Char­lotte Ram­pling, 69 ans. Marc Ja­cobs, de son cô­té, a choi­si l’ac­trice Jes­si­ca Lange, 66 ans, pour in­car­ner sa marque de cos­mé­tiques, et la chan­teuse Cher, 69 ans, pour pré­sen­ter sa col­lec­tion au­tomne-hi­ver 2015. Cette ten­dance ne se ré­duit pas à la seule mode fé­mi­nine et aux cos­mé­tiques. Le chan­teur et pro­duc­teur Quin­cy Jones, main­te­nant âgé de 82 ans, est l’am­bas­sa­deur de Bus­ce­mi, les chaus­sures de sport haut de gamme made in Ita­ly. Neil Saun­ders, di­rec­teur du ca­bi­net de con­sul­tants en dis­tri­bu­tion Con­lu­mi­ni, constate une ten­dance crois­sance à la cé­lé­bra­tion de la beau­té des se­niors : “Je pense que c’est presque co­ol de prendre quel­qu’un qui est vieux, de mon­trer à quel point il peut être jeune et beau. C’est quelque chose que nous voyons beau­coup plus dans la mode” dit-il. “C’est un hom­mage au fait d’être vieux tout en étant jeune d’es­prit.” Clau­dia D’Ar­pi­zio, par­te­naire du ca­bi­net de con­sul­tants Bain & Co, et au­teure prin­ci­pale de l’étude an­nuelle du ca­bi­net sur le sec­teur du luxe, pré­cise que ce sec­teur est de­puis long­temps conscient que les ba­by boo­mers consti­tuent le socle de clien­tèle des mar­chés ma­tures. Au­tre­fois, les marques cher­chaient à at­ti­rer cette clien­tèle se­nior avec une image plus jeune : “Main­te­nant, c’est dif­fé­rent” se­lon Mme D’Ar­pi­zio. “Ces per­sonnes sont plus sûres d’elles, elles n’ont pas be­soin de ce jeu­nisme.” Elle ajoute que cette gé­né­ra­tion “vieillit d’une fa­çon co­ol”, qu’il est donc in­utile d’uti­li­ser des pho­tos de man­ne­quins plus jeunes pour les at­ti­rer vers les marques. On sait que la mode pousse les ten­dances à l’ex­trême, et la nou­velle ob­ses­sion pour l’âge pour­rait n’être qu’un énième épi­sode. Mais les mo­tifs éco­no­miques en fa­veur d’une mise en avant des se­niors sont très va­lables. Se­lon le bu­reau d’études de mar­ché Eu­ro­mo­ni­tor, il y a dans le monde 5,3 mil­lions de per­sonnes de 65 ans et plus qui dis­posent d’un re­ve­nu annuel brut de 150.000 dol­lars ou plus en 2014, c’est-à-dire le groupe des plus hauts re­ve­nus. Fflur Ro­berts, di­rec­teur des études sur les pro­duits de luxe chez Eu­ro­mo­ni­tor, ré­sume : “Les pro­blèmes po­sés par cette gé­né­ra­tion sont évi­dents, du fait du poids qu’elle re­pré­sente pour les gou­ver­ne­ments en termes de san­té et de re­traite, ou pour les classes d’âges en ac­ti­vi­té qui vont pro­ba­ble­ment de­voir payer plus d’im­pôts pour les fi­nan­cer. Mais la po­pu­la­tion âgée et riche aug­mente elle aus­si, ce qui re­pré­sente une op­por­tu­ni­té, sur­tout pour le sec­teur du luxe”. Se­lon Eu­ro­mo­ni­tor, c’est aux États-Unis que ré­side la plus grande pro­por­tion des 65 ans et plus à hauts re­ve­nus. Elle re­pré­sen­tait 2,2 mil­lions de per­sonnes en 2014, soit 40 %

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.