L’IN­GRA­TI­TUDE CULTU­RELLE

On ne le sait que trop bien : nul n’est pro­phète dans son pays. Et cet adage nous va comme un gant, Tu­ni­siens que nous sommes, et peuple in­sou­mis aux règles d’usage de la bien­séance cultu­relle et re­belles, au de­voir de re­con­nais­sance qui de­vrait être dû à

La Presse Business (Tunisia) - - OUT OF BUSINESS - Par Ha­bib BOUHAWEL

Les na­tions nor­ma­le­ment consti­tuées vouent, à dé­faut de culte, un res­pect sans faille à leurs élites de la culture et du sa­voir en gé­né­ral. Les ci­vi­li­sa­tions ma­jeures fonc­tionnent ain­si, parce qu’elles n’ignorent pas que la gran­deur d’une na­tion, c’est d’abord l’oeuvre de ses di­vi­ni­tés ter­restres avant d’être le ré­sul­tat d’une hy­po­thé­tique et vir­tuelle bé­né­dic­tion cé­leste.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.