LES AL­TER­NA­TIVES

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES -

Beau­coup d’autres groupes cu­mulent des ac­ti­vi­tés de ges­tion de pa­tri­moine et de banque d’in­ves­tis­se­ment, et en pre­mier lieu le Cré­dit Suisse et Mor­gan Stan­ley. Comme UBS, Cré­dit Suisse a ré­or­ga­ni­sé sa banque d’in­ves­tis­se­ment, mais elle l’a fait de fa­çon bien moins ra­di­cale. En 2012, la banque d’in­ves­tis­se­ment de Cré­dit Suisse re­pré­sente juste un peu plus de la moi­tié des re­ve­nus du groupe, et deux tiers de ses avoirs. Et elle reste un ac­teur ma­jeur dans les sec­teurs où la taille compte, comme les titres et le Ficc. Se­lon Cré­dit Suisse, sa struc­ture per­met à ses ac­tion­naires de bé­né­fi­cier d’une struc­ture diversifiée tout en ti­rant pro­fit des ventes croi­sées. Une branche in­ves­tis­se­ment, dont l’ac­ti­vi­té ne semble pas avoir été li­mi­tée, puis­qu’elle a aug­men­té ses ac­tifs de 174 mil­liards de dol­lars de­puis 2008. En gros, Cré­dit Suisse a eu une ren­ta­bi­li­té moyenne des ca­pi­taux propres de 9.4% au cours des 10 der­nières an­nées se­lon Ca­pi­tal IQ (en pre­nant en compte toutes les mau­vaises an­nées) et même si ce­la n’est pas exac­te­ment mi­ri­fique, ce

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.