Et-ce que les ré­si­dences se­con­daires au­tre­fois pri­sées par le tu­ni­sien tiennent en­core le cap ?

La Presse Business (Tunisia) - - ÉCOCONSTRUCTION -

Les ré­si­dences se­con­daires connaissent une baisse fla­grante des ventes. Après la ré­vo­lu­tion, un phé­no­mène s’est ins­tal­lé dans la grande ma­jo­ri­té des zones bal­néaires, très pri­sées par les étran­gers et les Tu­ni­siens ré­si­dents à l’étran­ger. Les pro­blèmes de ces zones sont dus à la si­tua­tion éco­no­mique et sé­cu­ri­taire du pays. Les Li­byens se la de­mande. Sur ce seg­ment du mar­ché, les pro­prié­taires doivent sa­voir gar­der leurs clients en leur pro­po­sant des baisses plu­tôt que de les lais­ser par­tir. Car ils au­ront du mal à les rem­pla­cer ra­pi­de­ment. Avant la ré­vo­lu­tion, lors­qu’un lo­ca­taire par­tait, le pro­prié­taire met­tait entre une se­maine et dix jours, pour en trou­ver un autre. Main­te­nant, un bien pro­po­sé à la lo­ca­tion reste fer­mé plus long­temps (deux à trois mois). Cette ten­dance bais­sière du mar­ché de la lo­ca­tion per­siste. Une si­tua­tion qui pour­rait in­fluen­cer le mar­ché des ventes.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.