SE CONTEN­TER DES MIETTES

La Presse Business (Tunisia) - - ÉDITO - Cho­kri BEN NESSIR Ré­dac­teur en chef

L’an­née 2015 a été une «an­nus hor­ri­bi­lis» pour le tou­risme tu­ni­sien. En ef­fet, tous les in­di­ca­teurs ont vi­ré au rouge. On a ter­mi­né l’an­née avec près de 200 hô­tels fer­més, des chan­tiers à l’ar­rêt, des com­pa­gnies aé­riennes au bord de la faillite, des ports (Gou­lette Ship­ping) et des aé­ro­ports sans pas­sa­gers (En­fid­ha, To­zeur, etc.) et des souks si­nis­trés. En ef­fet, la chute de l’ac­ti­vi­té tou­ris­tique en 2015 a été ver­ti­gi­neuse par rap­port à 2010, an­née de ré­fé­rence. Les bi­lans parlent d’un dé­fi­cit de re­cettes tou­ris­tiques de l’ordre 56%, d’une baisse de nui­tées glo­bale de 52,2% et d’une chute des en­trées des étran­gers qui s’est éta­blit à -23,1 %. Ce ra­len­tis­se­ment a en­traî­né le re­pli du tra­fic aé­rien de pas­sa­gers qui en­re­gistre -18,6% en glis­se­ment annuel. Les dom­mages col­la­té­raux se sont fait très vite sen­tir dans deux autres sec­teurs, à sa­voir l’ar­ti­sa­nat et l’agroalimentaire. En ef­fet, le vo­lume des pertes du sec­teur agri­cole, a at­teint 450 mil­lions de di­nars. Le tou­risme, qui a per­du plus de deux mil­lions de clients au cours de l’an­née 2015, soit au­tant de consom­ma­teurs de pro­duits agri­coles, a im­pac­té né­ga­ti­ve­ment éga­le­ment un autre sec­teur, à forte di­men­sion éco­no­mique et so­ciale, ce­lui de l’ar­ti­sa­nat, qui em­ploie plus de 350.000 Tu­ni­siens dont le pou­voir d’achat a connu une nette dé­té­rio­ra­tion. Les faits sont là et ils sont tê­tus. Main­te­nant qu’on sait où on en est, il faut sa­voir où l’on veut al­ler. Conti­nuer sur le che­min de la baisse ou bien ral­lu­mer les mo­teurs et re­trou­ver le feu sa­cré de la re­lance. Com­ment ren­ver­ser la va­peur et en­trer dans un cycle plus ver­tueux, telles sont les ques­tions à se po­ser avec cou­rage afin de faire sau­ter les der­niers ver­rous qui plombent obs­ti­né­ment l’ac­ti­vi­té tou­ris­tique. Car, le ter­ro­risme et l’in­sé­cu­ri­té ne sont pas le seul mal qui ronge le sec­teur. Et c’est dans ce contexte de re­la­tive tor­peur, que le sé­mi­naire des re­pré­sen­tants de l’Of­fice na­tio­nal du tou­risme tu­ni­sien à l’étran­ger, s’est te­nu der­niè­re­ment à Ham­ma­met. Il n’y a pas eu de re­mon­trances du­rant ce ren­dez-vous, au cours du­quel les re­pré­sen­tants du tou­risme tu­ni­sien à l’étran­ger sont ve­nus faire le constat des dé­gâts plu­tôt que de pro­po­ser des ac­tions et pro­jets à même de re­bom­ber le torse à la des­ti­na­tion. Pis en­core, c’est la vi­si­bi­li­té qui n’était pas au ren­dez-vous. Si les am­bas­sa­deurs de pre­mière ligne n’ont pas cette vi­si­bi­li­té, qui pour­rait l’avoir alors? Il n’em­pêche, cer­tains ont sor­ti le grand jeu pour sau­ver la haute sai­son : com­po­ser avec le last mi­nute et pro­fi­ter du trop-plein d’une des­ti­na­tion comme l’Es­pagne pour ré­cu­pé­rer les clients en sur­nombre. Soit se conten­ter des miettes !

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.