LE NOU­VEAU MAR­CHÉ DE «L’OC­CA­SION» ?

A l’heure où la Tu­ni­sie veut se reme re sur les rails et re­lan­cer son éco­no­mie, le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment est et res­te­ra un le­vier de crois­sance, de créa­tion d’en­tre­prises et d’em­plois, aus­si bien dans l’en­semble du pays que dans toutes les ré­gions.

La Presse Business (Tunisia) - - FOCUS - Par Me­riem KHDIMALLAH

L’As­so­cia­tion tu­ni­sienne des in­ves­tis­seurs en ca­pi­tal (Atic) a choi­si d’or­ga­ni­ser, le 23 mars, un point de presse à l’oc­ca­sion de la pro­chaine te­nue de la 2e Confé­rence an­nuelle du ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment, pla­cée cette an­née sous le thème : «Le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment: mo­teur du dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial et le­vier d’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion des en­tre­prises» . Le pré­sident de l’as­so­cia­tion, Ka­rim Ghe­nim, a rap­pe­lé que le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment est une ac­ti­vi­té fi­nan­cière qui consiste, pour un in­ves­tis­seur pro­fes­sion­nel, à en­trer dans le ca­pi­tal d’en­tre­prises non co­tées en Bourse (start-up, PME, une grande so­cié­té ou un groupe…) ayant be­soin de fonds propres pour fi­nan­cer son dé­mar­rage ou pour ses be­soins de dé­ve­lop­pe­ment. «A la dif­fé­rence des autres modes de fi­nan­ce­ment, a-t-il in­di­qué, l’in­ves­tis­seur en ca­pi­tal est un ac­tion­naire dans l’en­tre­prise et par­tage les risques ain­si que les pro­fits fu­turs. Pour ce­la, nous tra­vaillons d’ar­rache-pied à pro­mou­voir et dé­ve­lop­per le mé­tier du ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment et à sa bonne conduite dans notre pays, d’une part, et pour être une force de pro­po­si­tions sur l’en­semble des textes ré­gle­men­taires ré­gis­sant cette ac­ti­vi­té et son exer­cice, d’autre part. Il faut le dire, le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment de­vient au­jourd’hui le mar­ché de ‘’l’oc­ca­sion’’ au plus haut de­gré!» . M. Ghe­nim a ajou­té que cette ac­ti­vi­té fi­nan­cière offre à l’en­tre­pre­neur les moyens de ses am­bi­tions en met­tant à sa dis­po­si­tion des ca­pi­taux ain­si qu’un ap­port de com­pé­tences et d’ex­per­tises com­plé­men­taires, des modes de ges­tion et de gou­ver­nance mo­dernes et ef­fi­caces et un ac­com­pa­gne­ment stra­té­gique. «Le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment sou­tient l’en­tre­prise à tous les stades du cycle de sa vie. Il peut fi­nan­cer le dé­mar­rage, la crois­sance, la trans­mis­sion, le re­tour­ne­ment… Ain­si, l’in­ves­tis­seur en ca­pi­tal fi­nance les plans d’in­ves­tis­se­ment et par­ti­cipe ac­ti­ve­ment tant à la di­rec­tion qu’au dé­ve­lop­pe­ment de l’en­tre­prise afin d’aug­men­ter sa va­leur dans un ho­ri­zon de 3 à 5 ans» , a-t-il en­core pré­ci­sé. Pour sa part, Mo­ha­med Sa­lah Frad, membre du con­seil de l’Atic, a in­di­qué que du­rant les quatre der­nières an­nées (2012-2015), l’as­so­cia­tion a in­ves­ti une en­ve­loppe de 800 mil­lions de di­nars et compte dé­pas­ser en 2016 la barre d’un mil­liard de di­nars. «En 2015, nous avons fi­nan­cé 189 pro­jets (en phase de créa­tion ou de dé­ve­lop­pe­ment) nous avons in­ves­ti ; 207 mil­lions de di­nars (dont la moi­tié des in­ves­tis­se­ments ont été réa­li­sés dans les zones de dé­ve­lop­pe­ment ré­gio­nal) et créé entre 5.000 et 6.000 postes d’em­ploi… Au­jourd’hui, le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment consti­tue la seule source de ca­pi­taux stables dis­po­nibles ré­pon­dant aux be­soins en fonds propres des start-up et PME tu­ni­siennes. C’est un mo­teur de fi­nan­ce­ment de l’éco­no­mie réelle. Pour ce­la, nous avons adop­té une stra­té­gie de proxi­mi­té avec les por­teurs d’idées afin de créer un cli­mat fa­vo­rable à l’in­ves­tis­se­ment, ba­sé es­sen­tiel­le­ment sur la confiance. L’ob­jec­tif est de re­con­naître la réus­site du pro­jet qui au­ra un im­pact di­rect sur les plans éco­no­mique et fi­nan­cier» , a-t-il ex­pli­qué. Pour Akram Ma­ja­ji, dé­lé­gué gé­né­ral de l’Atic, le coeur de ce mé­tier est : comment peut-on in­ves­tir dans une so­cié­té, la dé­ve­lop­per, la rendre ren­table pour une pro­chaine in­tro­duc­tion en Bourse ou pour pou­voir trou­ver un fu­tur in­ves­tis­seur stra­té­gique ca­pable de l’ac­com­pa­gner dans le stade de dé­ve­lop­pe­ment afin d’en faire un cham­pion ré­gio­nal? «Le ca­pi­tal in­ves­tis­se­ment ac­com­pagne à moyen terme les so­cié­tés du por­te­feuille dans un pro­ces­sus de créa­tion de va­leur éco­no­mique, dont la bonne gou­ver­nance et la con­ver­gence des ef­forts des in­ves­tis­seurs et des di­ri­geants vers un ob­jec­tif com­mun res­tent les pi­liers de ce pro­ces­sus» , a-t-il dit.

L’Atic émet des ré­serves sur le pro­jet du nou­veau code d’in­ci­ta­tion à l’in­ves­tis­se­ment

Tout en fus­ti­geant le pro­jet du nou­veau code d’in­ci­ta­tion à l’in­ves­tis­se­ment, M.Ma­ja­ji a sou­li­gné que la Tu­ni­sie a be­soin, au­jourd’hui, de ren­for­cer l’en­vi­ron­ne­ment des af­faires avec un nou­veau code des in­ves­tis­se­ments.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.