LA PO­LÉ­MIQUE DE LA NOU­VELLE TOUR Par Ed HAM­MOND

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES -

il oc­cupe cette po­si­tion pen­dant en­vi­ron deux heures par jour. Des mo­dé­li­sa­tions laissent pen­ser que ce­la se pro­lon­ge­ra pen­dant en­vi­ron deux à trois se­maines.” Les risques de ce re­flet ont été illus­trés la se­maine der­nière : une voi­ture (de marque Ja­guar...) ga­rée de­vant l’im­meuble a su­bi des dé­gâts es­ti­més à 1.000 livres ster­ling, dont un ré­tro­vi­seur fon­du. Mar­tin Lind­say, le pro­prié­taire de la Ja­guar XJ, a confié au Fi­nan­cial Times que Land Se­cu­ri­ties et Ca­na­ry Wharf l’avaient toutes deux con­tac­té pour lui pré­sen­ter leurs ex­cuses, et que la se­conde avait pro­po­sé de prendre en charge le mon­tant des ré­pa­ra­tions. “Je tra­vaille dans le BTP, je sais donc que les choses peuvent mal tour­ner avec des bâ­ti­ments neufs. Mais je n’ai ja­mais rien vu de tel. Je suis sou­la­gé qu’ils paient la fac­ture car je me de­mande comment j’au­rais ex­pli­qué tout ça à l’as­su­rance”, a-t-il ajou­té. On pense que cette lu­mière aveu­glante est pro­duite par le type de verre em­ployé pour ce gratte-ciel, peu uti­li­sé pour les vi­trages et cour­bé vers l’in­té­rieur. Un pro­blème si­mi­laire a été si­gna­lé à Las Ve­gas il y a trois ans. La fa­çade vi­trée concave d’un hô­tel nou­vel­le­ment construit a pro­vo­qué des re­flets as­sez puis­sants pour faire fondre des sacs en plas­tique. Le plus souvent, les nou­veaux im­meubles de grande hau­teur ren­contrent des pro­blèmes de fe­nêtres qui tombent à cause d’une dif­fé­rence de pres­sion entre l’in­té­rieur de la construc­tion et l’ex­té­rieur. Ce four so­laire est un in­ci­dent dont les pro­mo­teurs du Wal­kie-Tal­kie se se­raient pas­sés car ils sont à la re­cherche de nou­veaux lo­ca­taires. L’im­meuble, qui doit être li­vré cette an­née, a jailli des rues étroites de la Ci­ty en tan­dem avec la “Rape à fro­mage”, autre tour construite par la so­cié­té ri­vale Bri­tish Land. Les deux im­meubles ont loué de grandes sur­faces pour les bu­reaux de com­pa­gnies d’as­su­rances. La Ville de Londres a des ré­gle­men­ta­tions d’ur­ba­nisme connues pour être dra­co­niennes. Iro­ni­que­ment, l’un des prin­ci­paux pro­blèmes pour les construc­teurs d’im­meubles de grande hau­teur est la loi connue sous le nom de ‘Droit à la lu­mière’, conçue pour as­su­rer aux pro­prié­taires qu’ils ne se­ront pas plon­gés dans l’ombre par d’autres im­meubles voi­sins...

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.