“L’ETAT DOIT PAS­SER LE RE­LAIS AU PRI­VÉ”

Quand la pu­re­té des notes de mu­sique ren­contre la no­blesse d’un site, l’union se fait na­tu­rel­le­ment et leur sort se­ra scel­lé à ja­mais. Les notes de mu­sique s’en­tre­mêlent et l’al­chi­mie opère pour en­traî­ner pe­tits et grands dans des rythmes en­voû­tants ou de

La Presse Business (Tunisia) - - EN COUVERTURE - Par Cho­kri Ben Nessir - Pho­tos Hi­chem Gouiâ

C’est en 1992 que vous avez en­ta­mé votre pro­jet cultu­rel ‘’L’Acro­po­lium de Car­thage’’. Quels ont été les pre­mières dif­fi­cul­tés? M.O :

En 1985, j’ai pré­sen­té l’avant­pro­jet de conso­li­da­tion, mise en va­leur, res­tau­ra­tion et ex­ploi­ta­tion cultu­relle et tou­ris­tique de l’an­cienne ca­thé­drale de Car­thage dans le cadre du plan d’amé­na­ge­ment du Parc Na­tio­nal Car­thage - Si­di Bou Saïd. Mais ce n’est qu’en 1992 que fut si­gnée la conven­tion de conces­sion. Ima­gi­nez ce qu’il fal­lut de per­sé­vé­rance et de foi pour abou­tir. Ce mo­nu­ment n’avait ces­sé de se dé­gra­der de­puis 1964, l’an­née où il fut cé­dé à la Tu­ni­sie, suite aux ac­cords entre l’Etat tu­ni­sien et le Va­ti­can. Af­fec­té au mi­nis­tère de la Cul­ture, il res­ta aban­don­né jus­qu’à me­na­cer ruine.

In­ves­tir dans la cul­ture n’est pas chose fa­cile en Tu­ni­sie. En­core plus dif­fi­cile dans un mo­nu­ment du pa­tri­moine? M.O :

Une fois les études tech­niques et fi­nan­cières réa­li­sés, il res­tait à trou­ver les bailleurs de fonds. L’in­ves­tis­se­ment cultu­rel est gé­né­ra­le­ment consi­dé­ré comme étant à fonds per­dus. Mon ar­gu­ment était de faire va­loir que la col­line de Byr­sa, là où fut fon­dé Car­thage, était un site, sym­bole de l’his­toire de notre pays et de­vait consti­tuer avec le Mu­sée na­tio­nal de Car­thage, l’Acro­po­lium et un hô­tel de charme, Vil­la Di­don, un pôle cultu­rel et tou­ris­tique, mo­dèle d’in­té­gra­tion du tou­risme et de la cul­ture et qui peut s’étendre à d’autres sites tels que Oud­na, Bul­la Ré­gia… In­ves­tir dans l’amé­na­ge­ment et la mise en va­leur d’un site et de son en­vi­ron­ne­ment na­tu­rel, et ré­pondre aux be­soins de confort et de loi­sirs des vi­si­teurs sont pro­duc­teurs de ri­chesses et d’em­plois dans les ré­gions. Sans mu­sées, ci­né­mas, théâtres, li­brai­ries, salles de concert… que se­raient Pa­ris, Rome ou Londres ?

Un pro­jet cultu­rel dis­pa­raît en gé­né­ral avec son ini­tia­teur. Comment peut-on ba­li­ser la voie

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.