Deux in­sur­rec­tions so­ciales dé­ter­mi­nantes

La Presse Business (Tunisia) - - ANALYSE -

Les sep­tième et hui­tième crises sont d’ordre so­cial, s’agis­sant suc­ces­si­ve­ment de l’in­sur­rec­tion en 2008 du bas­sin mi­nier et du sou­lè­ve­ment du 14 jan­vier 2011. Ces crises, qui ont ébran­lé, d’abord, le pou­voir en place avant de son­ner le glas en­suite à l’ère consti­tu­tion­na­liste dé­mo­cra­tique, n’ont pas chan­gé les choses.

La Troï­ka n’a pas fait mieux

Les di­ri­geants qui se sont re­layés après le 14 jan­vier 2011, par­ti­cu­liè­re­ment, la Troï­ka, conduite par le par­ti d’obé­dience is­la­miste En­nahd­ha, n’ont pas fait mieux. Ils ont conti­nué sur la même voie de leurs pré­dé­ces­seurs et ont re­cou­ru aux mêmes pra­tiques : ac­cé­lé­ra­tion du rythme d’en­det­te­ment, dont la part au PIB est pas­sée de 40% en 2010 à 54% en 2015, pri­va­ti­sa­tion des en­tre­prises pu­bliques, ac­crois­se­ment de tous les dé­fi­cits (cou­rant, bud­gé­taire..), dé­struc­tu­ra­tion d’im­por­tants pans de l’éco­no­mie (en­tre­prises pu­bliques, in­dus­tries ex­trac­tives…), ac­crois­se­ment de la com­pen­sa­tion dont toutes les per­sonnes et ac­ti­vi­té ont bé­né­fi­cié sans dis­cer­ne­ment, re­cru­des­cence de la cor­rup­tion, de la contre­bande, de la contre­fa­çon…. Con­sé­quence : par l’ef­fet de l’en­semble de ces po­li­tiques, l’éco­no­mie du pays est si­nis­trée et en ré­ces­sion.

Néan­moins, l’es­poir est per­mis

Il faut re­con­naître que le plan stra­té­gique 2016-2020, mis au point par le gou­ver­ne­ment en place, en l’oc­cur­rence ce­lui de Ha­bib Essid, pro­met beau­coup. Ar­ti­cu­lé au­tour de la pro­mo­tion de trois modes d’éco­no­mie : éco­no­mie verte, éco­no­mie nu­mé­rique et éco­no­mie so­li­daire et so­ciale, se dé­fend bien. Ce plan com­porte d’im­por­tantes ré­formes et de grands pro­jets les­quels, pour peu qu’ils soient me­nés à leur terme sont à même de cor­ri­ger les dys­fonc­tion­ne­ments d’an­tan, no­tam­ment en ce qui concerne l’in­fra­struc­ture (au­to­route Tu­nis-Jel­ma…), la lo­gis­tique (port en eaux pro­fondes…), l’équi­libre ré­gio­nal (au­to­no­mie des ré­gions…), la ré­forme de l’Ad­mi­nis­tra­tion, la lutte contre la cor­rup­tion.. Es­pé­rons que les lob­bies, voire les ma­fio­sis des ères de Bourguiba, de Ben Ali et de la Troï­ka, qui ont eu à par­ta­ger le pays comme un bu­tin, n’au­ront plus de marge de ma­noeuvre pour com­pro­mettre ces ré­formes sa­lu­taires.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.