LA CO­OPÉ­RA­TION FI­NAN­CIÈRE N’A PAS DE LI­MITE

A l’ins­tar des ga­ran­ties amé­ri­caines et ja­po­naises, une ga­ran­tie of­fi­cielle chi­noise pour le­ver des fonds sur le mar­ché obli­ga­taire chi­nois, li­bel­lés en yuan, perme ra à la Tu­ni­sie d’ho­no­rer ses en­ga­ge­ments fi­nan­ciers, no­tam­ment les ser­vices de la de e ex

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCE - Par Rid­ha MAAMRI

L’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion de la «mon­naie du peuple», le Yuan, est en marche. Les Chi­nois frappent à toutes les portes, du Fond mo­né­taire in­ter­na­tio­nal (FMI) aux pays émer­gents en pas­sant par les pays afri­cains et la­tins, en voie d’émer­gence ou de dé­ve­lop­pe­ment. La mon­naie chi­noise pren­dra sa place dans le club des de­vises nobles, en oc­tobre pro­chain, au même titre que le dol­lar, l’eu­ro, le yen et la livre ster­ling, après son in­clu­sion dans les Droits de ti­rage spé­ciaux, le pa­nier de de­vises qui sert d’ac­tif de ré­serve in­ter­na­tio­nal au Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal (FMI). Pour ce faire, le yuan de­vrait se tailler une place de choix dans les tran­sac­tions in­ter­na­tio­nales. D’où, après Wa­shing­ton, où siège l’ins­ti­tu­tion de Bret­ton-Wood, la dé­marche de l’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion du ren­min­bi, l’autre ap­pel­la­tion de la mon­naie chi­noise, qui consiste à la pro­mou­voir en tant que mon­naie de ré­serves dans les banques cen­trales des pays par­te­naires de l’Em­pire du Mi­lieu. La Tu­ni­sie, qui fi­gure au car­re­four de deux po­li­tiques chi­noises des dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique à l’in­ter­na­tio­nal, à sa­voir l’axe si­noa­fri­cain et si­no-arabe, se­rait au coeur de cette stra­té­gie. Une ré­flexion a été en­ga­gée lors d’un dé­jeu­ner-dé­bat or­ga­ni­sé par le Con­seil de co­opé­ra­tion Tu­ni­so-chi­nois (Cctc) sur les en­jeux et les pers­pec­tives de la pa­ri­té di­na­ryuan. A l’ou­ver­ture de la séance, le pré­sident du Cctc, Mo­ha­med Sah­bi Bas­ly, a es­ti­mé que l’in­tro­duc­tion d’une pa­ri­té entre le yuan et le di­nar tu­ni­sien est d’ac­tua­li­té, rap­pe­lant que le yuan est pas­sé de la 13e à la 5e de­vise la plus uti­li­sée dans le monde, entre 2012 et 2014, avec une part de mar­ché de 2.17%. De son cô­té, char­gé d’af­faires à l’am­bas­sade de Chine en Tu­ni­sie, Zhan Xiag­bo, a re­le­vé que l’éta­blis­se­ment d’une pa­ri­té entre les deux mon­naies joue­ra un rôle de le­vier de la co­opé­ra­tion si­no-tu­ni­sienne.

D’AUTRESPISTESDECOOPÉRATION FI­NAN­CIÈRE SONT À EX­PLO­RER

Au vu du vo­lume li­mi­té des échanges entre les deux pays, 104 mil­lions de di­nars à l’ex­port et plus de 3 mil­liards de di­nars à l’im­port, soit une ba­lance com­mer­ciale lar­ge­ment dé­fi­ci­taire et un taux de cou­ver­ture dé­ri­soire, d’à peine 3%, la por­tée de la pa­ri­té se­rait vrai­sem­bla­ble­ment li­mi­tée. De même, li­bel­ler des fac­tures en ren­min­bi place les four­nis­seurs chi­nois à l’abri du risque de change, alors que l’ache­teur tu­ni­sien reste ex­po­sé aux

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.