“NOUS SOU­TE­NONS L’IN­VES­TIS­SE­MENT DANS L’ÉCO­NO­MIE RÉELLE” Pro­pos re­cueillis par Me­riem KHDIMALLAH

La fi­nance is­la­mique de­vient, au­jourd’hui, une vé­ri­table in­dus­trie qu’on est en train de voir se dé­ployer presque par­tout dans le monde, de­puis l’Asie jus­qu’à Londres en pas­sant par l’Afrique…Du­rant les der­nières an­nées, le nombre de pro­duits fi­nan­ciers i

La Presse Business (Tunisia) - - EN COUVERTURE -

Qu’est-ce qui dis­tingue la fi­nance is­la­mique de la fi­nance conven­tion­nelle ?

La fi­nance is­la­mique im­pose le res­pect de plu­sieurs prin­cipes re­li­gieux fon­da­men­taux dans l’Is­lam: l’in­ter­dic­tion du «ri­ba» (l’in­té­rêt as­si­mi­lé à l’usure), du «gha­rar» et du «may­sir» (l’in­cer­ti­tude, la spé­cu­la­tion), du fi­nan­ce­ment d’ac­ti­vi­tés «ha­ram» (al­cool, viande de porc, ca­si­nos…). La fi­nance is­la­mique fonc­tionne éga­le­ment sur le prin­cipe de la «mou­cha­ra­ka», c’es­tà-dire le par­tage des pro­fits et des pertes entre les dif­fé­rentes par­ties, ain­si que l’obli­ga­tion d’in­ves­tir dans l’éco­no­mie réelle via des ac­tifs tan- gibles. A cet ef­fet, les pro­duits dé­ri­vés sont donc in­ter­dits. Par ailleurs, des co­mi­tés cha­ria for­més de doc­teurs en cha­ria is­la­mique, sont char­gés d’exa­mi­ner dans chaque éta­blis­se­ment la confor­mi­té des pro­duits pro­po­sés.

Quel est l’ap­port de la fi­nance is­la­mique à l’éco­no­mie mon­diale ?

De­puis sa créa­tion, la fi­nance is­la­mique a connu une crois­sance ex­cep­tion­nelle. Le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal (FMI), la Banque mon­diale et d’autres or­ga­nismes fi­nan­ciers in­ter­na­tio­naux es­timent que les avoirs des banques is­la­miques ont été mul­ti­pliés par neuf à 1.800 mil­liards de dol­lars entre 2003 et 2013, soit une pro­gres­sion de 16% par an. Ils dé­pas­se­raient ac­tuel­le­ment les 2.000 mil­liards. Plus de 40 mil­lions de per­sonnes dans le monde sont ac­tuel­le­ment clientes d’une banque is­la­mique. Ce sec­teur va en­core dou­bler de vo­lume à 4.000 mil­liards de dol­lars en 2020, se­lon des ex­perts. La fi­nance is­la­mique, avec son fort po­ten­tiel, sé­duit de nom­breux pays oc­ci­den­taux qui cherchent à cap­ter les re­ve­nus des in­ves­tis­seurs du monde arabe. D’autres pays eu­ro­péens se sont lan­cés dans l’aven­ture dont l’Ita­lie, où le nombre d’opé­ra­tions d’in­ves­tis­se­ments liées à la fi­nance is­la­mique a doublé cette an­née à un mil­liard de dol­lars.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.