“En 1990, 36% de l’hu­ma­ni­té étaient dans la pau­vre­té “ex­trême” – moins de 1,25 $ par jour – mais 12% le sont en­core en 2015”

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES -

d’or­di­na­teurs aus­si. La cor­ré­la­tion avec la crois­sance du re­ve­nu par tête est énorme, mais sur­tout, elle est à double sens : plus le re­ve­nu par tête est éle­vé, plus la dif­fu­sion des tech­no­lo­gies est ra­pide et pro­fonde. Ce ré­sul­tat so­li­de­ment do­cu­men­té sur le plan his­to­rique (et qui en­gendre un très bon mo­dèle pré­dic­tif des écarts de crois­sance sur deux siècles entre l’Oc­ci­dent et le reste du monde) est re­mar­qua­ble­ment confor­té par une ap­proche tout à fait dif­fé­rente. Une équipe d’éco­no­mistes d’Har­vard, em­me­née par Jef­frey Sachs, s’est po­sé la ques­tion du type de crois­sance que pou­vait en­gen­drer une au­to­ma­ti­sa­tion tou­jours plus pous­sée. Plu­sieurs fu­turs sont pos­sibles, mais une conclu­sion constante est que les bé­né­fices (éven­tuels) du pro­grès tech­nique dé­pendent de plus en plus de ce­lui dé­jà ac­cu­mu­lé au fur et à me­sure qu’il se dé­ve­loppe.

Les in­éga­li­tés se creusent

En­fin, la très grande in­éga­li­té d’ac­cès ef­fec­tif au pro­grès tech­nique dans les PVD abou­tit d’ores et dé­jà à creu­ser énor­mé­ment les in­éga­li­tés. Les élites qui peuvent en bé­né­fi­cier voient leur ri­chesse se rap­pro­cher de celle des pays dé­ve­lop­pés, tan­dis que les autres stag­nent même s’ils ne sont plus dans la mi­sère. La crois­sance mas­sive des in­éga­li­tés au sein des PVD de­puis trente ans est im­pres­sion­nante et plus grande en­core que dans les pays dé­ve­lop­pés. Les res­sorts en sont iden­tiques, mais l’im­pact est évi­dem­ment plus grand dans des pays où la dif­fé­rence n’est pas af­faire de nuance dans l’ac­cès au pro­grès tech­nique, mais de tout ou rien. Les dé­fis du dé­ve­lop­pe­ment sont donc

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.