QUAND LA BAISSE DES PRIX FAIT FLAM­BER LES DETTES

La chute des cours est par­tie pour du­rer. Et ses consé­quences vont bien au-de­là du sec­teur lui-même. La se­maine der­nière, 600 per­sonnes se sont mas­sées sur un par­king pour une vente aux en­chères d’en­gins de chan­tier, dans la ban­lieue de San An­to­nio, au Te

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES -

Ca­mions, re­mor­queurs, pel­le­teuses et autres en­gins uti­li­sés pour l’ex­trac­tion du pé­trole de schiste dans le gi­se­ment d’Eagle Ford, non loin de là, étaient dis­per­sés à prix cas­sés. Un ama­teur de bonnes af­faires en a fait une en rem­por­tant une re­mor­queuse à pla­te­forme con­çue pour dé­pla­cer les têtes de fo­rage, d’une va­leur d’en­vi­ron 400.000 dol­lars neuve, pour seule­ment 65.000 dol­lars. De­puis le dé­but de la baisse du prix du pé­trole, à la mi-2014, l’ac­ti­vi­té d’Eagle Ford a bru­ta­le­ment ra­len­ti, dans ce qui est l’un des coeurs de la “ré­vo­lu­tion” du schiste bi­tu­mi­neux aux États-Unis. Le nombre de pompes en ac­ti­vi­té a chu­té de 214 (pic his­to­rique) à 37. Les en­tre­prises, des pe­tites so­cié­tés fa­mi­liales de ser­vices jus­qu’aux fonds de ca­pi­tal-risque, tentent de se dé­bar­ras­ser de leurs équi­pe­ments in­uti­li­sés. Ter­ry Di­cker­son, le fon­da­teur du comp­toir de ventes aux en­chères Ma­chi­ne­ry Auc­tio­neers, af­firme que ses ventes ont doublé l’an der­nier, à cause de ce krach pé­tro­lier. Les ven­deurs sont par­fois dé­çus de ce que leur rap­porte la vente des en­gins, mais ils doivent ac­cep­ter la réa­li­té, les en­tre­prises se bous­culent pour vendre leur ma­té­riel, sou­vent à des prix sa­cri­fiés, pour rem­bour­ser les em­prunts contrac­tés pour l’ache­ter.

L’IM­PACT SUR LES MAR­CHÉS

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.