FI­NI LES FILES D’AT­TENTE À LA CNAM ?

Con­fir­ma­tion faite au ni­veau de la Cnam elle-même : la carte vi­tale se­ra opé­ra­tion­nelle très bien­tôt.

La Presse Business (Tunisia) - - SECTEUR - Par Me­riem KHDIMALLAH

e pré­sident-di­rec­teur gé­né­ral de la Caisse na­tio­nale d’as­su­rance ma­la­die, Bé­chir Ir­ma­ni, a dé­cla­ré à La Presse Bu­si­ness, en marge d’un sé­mi­naire te­nu ré­cem­ment à Ham­ma­met sur le thème : «Les ré­formes des sys­tèmes de re­traite et d’as­su­rance ma­la­die», qu’un bud­get de 40 mil­lions de di­nars a dé­jà été al­loué à la créa­tion d’une carte de soin élec­tro­nique «Carte vi­tale», qui va rem­pla­cer le car­net ac­tuel de la caisse. Do­ré­na­vant, le client n’au­rait plus be­soin de faire la queue dans les bu­reaux de la Cnam pour pou­voir dé­po­ser sa carte de soins, puisque l’or­di­na­teur (ter­mi­nal) du mé­de­cin

ou du phar­ma­cien se char­ge­ra de la transmission des don­nées re­la­tives au ser­vice di­rec­te­ment vers la cen­trale Cnam, sans pa­pe­rasses. «Cette en­ve­loppe in­clut aus­si l’ac­qui­si­tion des lec­teurs de cartes qui se­ront four­nis gra­tui­te­ment à tous les pres­ta­taires de soins et re­liés di­rec­te­ment aux bases de don­nées de la Cnam et à un sys­tème nu­mé­rique… Avec la Carte vi­tale, fi­ni les longues files d’at­tente pour dé­po­ser les bul­le­tins de soins. Tout se­ra fait à par­tir de l’or­di­na­teur du mé­de­cin, du phar­ma­cien ou autre pres­ta­taire de soins», a in­di­qué B. Ir­ma­ni. L’ob­jec­tif pri­mor­dial étant de ga­ran­tir de meilleures pres­ta­tions, ra­pides et ef­fi­caces, au pro­fit des as­su­rés so­ciaux

et de faire de la Cnam une struc­ture de pointe en ma­tière d’uti­li­sa­tion des nou­velles tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion afin de mieux ser­vir ses clients. Après dix ans d’exer­cice, cette ins­ti­tu­tion a en­ta­mé une phase d’éva­lua­tion pour per­mettre de dres­ser les lignes stra­té­giques afin d’amé­lio­rer la prise en charge de l’as­su­rance ma­la­die.

Qu’est-ce que la carte d’as­su­rance ma­la­die ?

En France, elle est ap­pe­lée « Carte Vi­tale ». C’est une carte à puce au for­mat carte de cré­dit ser­vant à jus­ti­fier les droits du ti­tu­laire de la carte (ou de ses ayants droit) à la cou­ver­ture par un or­ga­nisme de sé­cu­ri­té so­ciale des dé­penses de santé. La Cnam a mis en oeuvre un sys­tème d’échange élec­tro­nique des don­nées (Seed) des­ti­né à ma­té­ria­li­ser le contact entre pres­ta­taires de soins et as­su­rés so­ciaux. La carte vi­tale ren­ferme des in­for­ma­tions re­la­tives à l’iden­ti­fi­ca­tion du bé­né­fi­ciaire (iden­ti­fiant unique, nom et pré­nom, qua­li­té, date de dé­but et date de fin de la va­li­di­té du droit aux soins…) et à la si­tua­tion du bé­né­fi­ciaire (re­trai­té, han­di­ca­pé, veuf…). Elle contient, éga­le­ment, des in­for­ma­tions re­la­tives à la carte elle-même : code PIN, code carte, date de la der­nière mise à jour, date du der­nier ac­cès à la carte, les in­for­ma­tions re­la­tives à la sé­cu­ri­té de la carte. Les in­for­ma­tions re­la­tives au pla­fond de rem­bour­se­ment sont, éga­le­ment, ac­ces­sibles à par­tir de cette carte : pla­fond an­nuel ma­la­die or­di­naire, pla­fond sui­vi de gros­sesse, date de dé­cla­ra­tion de gros­sesse, date pré­vue d’ac­cou­che­ment. «Grâce à ce sys­tème, la Cnam pour­ra faire les mises à jour né­ces­saires pour les cartes des as­su­rés so­ciaux : ajout, sup­pres­sion d’un bé­né­fi­ciaire, va­li­di­té, chan­ge­ment d’in­for­ma­tion, etc. Pour les bé­né­fi­ciaires dé­cla­rés “black lis­tés” (cartes dé­cla­rées vo­lées ou per­dues) au titre de cer­taines pres­ta­tions, dé­fi­ni­ti­ve­ment ou de fa­çon tem­po­raire, la Cnam ef­fec­tue­ra la désac­ti­va­tion d’une fa­çon sys­té­ma­tique dès le pre­mier usage de la carte au­près des ser­vices de la caisse ou des pres­ta­taires de soins», a pré­ci­sé Bé­chir Ir­ma­ni.

La carte vi­tale ren­ferme des in­for­ma­tions re­la­tives à l’iden­ti­fi­ca­tion du bé­né­fi­ciaire.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.