LE FAIT DE LA SE­MAINE

La Presse Business (Tunisia) - - EXPRESS -

Putsch or not putsch, that is the ques­tion. La ri­poste du pré­sident turc après le putsch avor­té, ven­dre­di 15 juillet, est d’une telle en­ver­gure qu’elle sème le doute. Er­do­gan a lan­cé une vaste opé­ra­tion pour re­prendre en main le pays (6.000 ar­res­ta­tions dans l’ar­mée et 2.745 juges dé­mis de leurs fonc­tions). On di­rait que la liste des «ac­cu­sés» est dé­jà prête avant la ten­ta­tive. Le gou­ver­ne­ment a, éga­le­ment, an­non­cé un pos­sible ré­ta­blis­se­ment de la peine de mort, abo­lie en 2004. Pire, plu­sieurs er­reurs ont été com­mises par les put­schistes, ce qui est illo­gique pour une ar­mée ayant une longue ex­pé­rience en coups d’Etat. Pis en­core, du­rant le coup d’Etat, au­cun res­pon­sable po­li­tique du ré­gime ni au­cun chef de la po­lice n’a été ar­rê­té par les put­schistes ; un seul coup a été ti­ré sur le lieu sup­po­sé où se se­rait trou­vé Er­do­gan ; les chars n’étaient pas ap­puyés par une in­fan­te­rie consé­quente et de fac­to ne re­pré­sentent presque au­cune me­nace en ville ; les mi­li­taires ont eu peu de pertes et pour­tant ils se sont ren­dus très vite ; de­puis trois jours, les am­bas­sades de France, des Etats-Unis, du Royaume-Uni sont fer­mées ou tra­vaillent au ra­len­ti, sans que ce­la ait été jus­ti­fié.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.