ANA­LYSE TUNISAIR SE REDRESSE

La Presse Business (Tunisia) - - CONTENTS -

La com­pa­gnie aé­rienne na­tio­nale en­ta­me­rait bien­tôt l’ap­pli­ca­tion de son plan de re­dres­se­ment ap­prou­vé de­puis 2013. Le mi­nistre du Trans­port, Anis Ghe­di­ra, vient d’an­non­cer la concré­ti­sa­tion im­mi­nente du plan de re­dres­se­ment de Tunisair, ap­prou­vé de­puis 2013. La pre­mière étape de ce plan de re­dres­se­ment consiste en la ré­duc­tion du nombre de tra­vailleurs à temps plein de la com­pa­gnie aé­rienne na­tio­nale. Ain­si, 1000 postes se­ront sup­pri­més à Tunisair, soit en­vi­ron 12 % de l’ef­fec­tif. Par­mi ces mille li­cen­cie­ments, il y au­ra 400 dé­parts vo­lon­taires pré­vus par la com­pa­gnie. Se­lon le mi­nistre, ces em­ployés qui ont choi­si de quit­ter vo­lon­tai­re­ment Tunisair re­ce­vront, tout de même, une com­pen­sa­tion. Au to­tal, c’est en­vi­ron 111 mil­lions de di­nars que la com­pa­gnie aé­rienne de­vra ver­ser aux mille em­ployés qui la quit­te­ront. Tunisair, ma­jo­ri­tai­re­ment dé­te­nue par l’Etat tu­ni­sien, a vu ses ef­fec­tifs ex­plo­ser dans la fou­lée de la ré­vo­lu­tion de jan­vier 2011, avec no­tam­ment l’in­té­gra­tion de plus de 3.000 sa­la­riés de ses fi­liales (hand­ling, ca­te­ring, main­te­nance…) dans les ef­fec­tifs de la mai­son-mère, qui ont grim­pé à près de 8.500, soit un ra­tio de 230 em­ployés par avion à l’époque, contre 170 em­ployés en moyenne dans les autres com­pa­gnies. Le plan de re­dres­se­ment ap­prou­vé en 2013 pré­voyait le dé­part à la re­traite an­ti­ci­pée, ré­par­ti sur deux an­nées, de 1.700 agents pour un coût es­ti­mé à 75 mil­lions de di­nars (33 mil­lions d’eu­ros au 31 dé­cembre 2013), pris en charge en par­tie par l’Etat à hau­teur de 52MD, dé­bour­sés en deux tranches, le re­li­quat ve­nant du fonds so­cial de la com­pa­gnie aé­rienne. Le plan so­cial de Tunisair a été ra­me­né à 1.000 em­ployés par Sar­ra Ra­jeb, nom­mée PDG de Tunisair en 2015, mais son coût est plus éle­vé qu’an­ti­ci­pé, de l’ordre de 95 mil­lions de di­nars, à la charge de l’État. Se­lon Anis Gue­di­ra, ces dé­parts ont été pla­ni­fiés de­puis plu­sieurs mois en ac­cord avec les prin­ci­paux syn­di­cats de Tunisair, afin de ré­duire les coûts de la com­pa­gnie et amé­lio­rer sa com­pé­ti­ti­vi­té. UNE RE­PRISE MAL­GRÉ TOUT

Au terme des six pre­miers mois de l’an­née 2016, Tunisair a dé­ga­gé un chiffre d’af­faires de 414.4 MD contre 379.6 MD à la même pé­riode en 2015, en­re­gis­trant une évo­lu­tion de 9,15%. Sur la même pé­riode, le nombre de pas­sa­gers trans­por­tés est pas­sé de 1.298.336 à 1.349.105 et le co­ef­fi­cient de rem­plis­sage a aug­men­té de 69,3 à 70,4%. Au ni­veau de la part de mar­ché, Tunisair af­fiche 46,1% à fin juin 2016 contre 37,3% un an plus tôt. Quant aux dé­penses car­bu­rant, elles se sont si­tuées à 72.2 MD au 30 juin 2016, contre 96.3 MD au pre­mier se­mestre 2015. A no­ter que le deuxième tri­mestre 2016 a été mar­qué par une di­mi­nu­tion des prix du car­bu­rant en moyenne par tonne de 25% par rap­port au deuxième tri­mestre 2015. De plus, les in­di­ca­teurs d’ac­ti­vi­té au deuxième tri­mestre de Tunisair font ap­pa­raître une hausse de l’en­det­te­ment de 45% dû au ra­jeu­nis­se­ment de la flotte, pas­sant de 706.4 MD à 1.027.1 MD.Tou­te­fois, le fret ne se re­lève pas et tombe sous les 3.000 tonnes sur les six pre­miers mois de l’an­née (2.939 tonnes pour être plus pré­cis), contre 3.219 tonnes au pre­mier se­mestre, et l’en­det­te­ment conti­nue à se creu­ser. À 1,027 mil­liard de di­nars, les em­prunts pour l’ac­qui­si­tion d’avions à long et court termes sont de 59% su­pé­rieurs aux 644 mil­lions de di­nars de dettes avec les­quels la com­pa­gnie avait clos son exer­cice 2014, et dé­passent de 4% les 987 mil­lions de di­nars de la fin 2015. Une hausse qui est due au «ra­jeu­nis­se­ment

de la flotte», note la com­pa­gnie dans sa com­mu­ni­ca­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.