MIS­SION IM­POS­SIBLE?

La Presse Business (Tunisia) - - EDITO -

es be­soins de fi­nan­ce­ment du Plan de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial tu­ni­sien 20162020, sont de l’ordre de 60 mil­liards d’eu­ros sur 5 ans. Quand bien même la Tu­ni­sie comp­te­ra sur ses propres res­sources, l’épargne na­tio­nale ne cou­vri­ra au meilleur des cas que 60% de ses be­soins. D’où la né­ces­si­té d’un fi­nan­ce­ment ex­té­rieur pour cou­vrir les 40% qui res­tent et qui sont de l’ordre de 20 mil­liards d’eu­ros. Or, mal­gré l’en­det­te­ment à ou­trance du pays, sa sol­va­bi­li­té de­meure à ce jour as­su­rée. Il n’em­pêche, les be­soins de fi­nan­ce­ment glo­baux du pays ont été ag­gra­vés par une «in­sta­bi­li­té gou­ver­ne­men­tale»

sur fond de crois­sance re­vue dras­ti­que­ment à la baisse. Mais pour que la Tu­ni­sie lisse la crise, outre cet ar­gent frais, les bailleurs de fonds de­vront consi­dé­ra­ble­ment re­pous­ser nos échéances de rem­bour­se­ment en «dou­blant» la du­rée de vie de leurs obli­ga­tions et la pé­riode de grâce sur les in­té­rêts. Car, à l’ho­ri­zon 2017-2018, pé­riode de rem­bour­se­ment des prêts oc­troyés en 2011-2012, la me­nace d’un dé­faut de paie­ment se pro­file. En ef­fet, la pres­sion so­ciale et la dé­gra­da­tion de la note de la dette tu­ni­sienne ra­vivent les pré­oc­cu­pa­tions et rendent plus que scep­tiques les mar­chés fi­nan­ciers. Comment convaincre les mar­chés fi­nan­ciers et la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale que l’aide d’ur­gence né­ces­saire pour évi­ter à la Tu­ni­sie de «som­brer», tant que les dis­cus­sions avec La Kas­bah, por­tant no­tam­ment sur de nou­velles me­sures d’aus­té­ri­té im­po­sées pour re­dres­ser les comptes du pays, n’au­ront pas abou­ti ? Les né­go­cia­tions s’an­noncent ser­rées, car l’opi­nion pu­blique est à la fois op­po­sée à la de­mande d’as­sis­tance au FMI et à la BM et contre toute «coupe sa­la­riale» ou so­ciale comme so­lu­tion pour re­don­ner de la com­pé­ti­ti­vi­té à l’éco­no­mie na­tio­nale. Les dé­bats s’an­noncent donc hou­leux et la Tu­ni­sie ne se­ra pas en me­sure de me­ner la po­li­tique de ri­gueur né­ces­saire. Puisque le nou­veau chef du gou­ver­ne­ment, de­vant la pres­sion des dé­pu­tés et des syn­di­ca­listes, s’est vite ré­trac­té et s’est bor­né à ap­pe­ler à une re­prise de la crois­sance. Comment, dès lors, évi­ter un dé­faut de paie­ment ou es­pé­rer apai­ser les mar­chés fi­nan­ciers et les sé­duire pour fi­nan­cer ce Plan de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial qui ti­re­rait d’af­faire la Tu­ni­sie ? A l’im­pos­sible, nul n’est te­nu.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.