POST-SCRIPTUM

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - Par Saous­sen BOULEKBACHE

A chaus­sure se­rait-elle po­li­tique ? Et le bo­dy, la jupe, et même la nui­sette ? De­puis quelques an­nées, la mul­ti­pli­ca­tion des en­seignes de prêt-à-por­ter, es­sen­tiel­le­ment fé­mi­nin, a chan­gé le pay­sage ur­bain des villes tu­ni­siennes. Cette flo­rai­son est mise sur le même plan que celle des grandes sur­faces, des ma­ga­sins de luxe ou des fast-foods. La même lo­gique est à l’oeuvre, certes : nais­sance d’une classe moyenne et in­ser­tion ac­cé­lé­rée dans la mon­dia­li­sa­tion à tra­vers les fran­chises. Les grands malls, concen­trés dans les grandes villes, si­gnalent les lieux où se concentre la so­cié­té de consom­ma­tion tu­ni­sienne. Quant aux fast-foods, dans l’am­pleur de leur éven­tail, ils at­tirent les fa­milles qui s’ouvrent à peine à la consom­ma­tion ali­men­taire hors foyer, une an­thro­po­lo­gie pas si vieille pour les Tu­ni­siens. Mais ce que disent Za­ra, Man­go, Stra­di­va­rius ou d’autres est très dif­fé­rent. Le pu­blic vi­sé est es­sen­tiel­le­ment fé­mi­nin et jeune. Ce sont des ado­les­centes dé­pen­dantes de leurs pa­rents qui achètent chez Za­ra, et plus en­core des mères de fa­mille. Le gros de la clien­tèle est four­ni par ce mi­racle de l’émer­gence éco­no­mique : le sa­la­riat fé­mi­nin. Ce­lui-ci éman­cipe la consom­ma­tion. Certes, on au­rait pré­fé­ré, et les idéo­logues au­raient aus­si pré­fé­ré, une éman­ci­pa­tion par la po­li­tique et le mi­li­tan­tisme. Mais à dé­faut, la consom­ma­tion est une preuve et un mo­teur d’éman­ci­pa­tion fé­mi­nine. Ces em­plois fé­mi­nins, on les ima­gine : pla­te­formes de centres d’ap­pels, cadres moyens et cols blancs du sec­teur ban­caire et com­mer­cial, et toutes les sphères qui les ac­com­pagnent : droit, com­mu­ni­ca­tion, comp­ta­bi­li­té. Rien d’ex­cep­tion­nel. C’est pour­tant cette ba­na­li­té qui fait les ré­vo­lu­tions so­cioé­co­no­miques pai­sibles. Celles que l’Eu­rope a connues dans les an­nées 1950, l’Ex­trême-Orient dans les an­nées 1980, et que, à notre tour, on com­mence à ap­pro­cher. Les es­prits cha­grins aiment à sou­li­gner les mé­faits de ce type de consom­ma­tion : main-d’oeuvre sur­ex­ploi­tée et alié­na­tion du consom­ma­teur. Au risque d’ou­blier ce que ces lo­gos fluo­res­cents cachent de sens po­li­tique. C’est à l’en­trée de ces ma­ga­sins, au dé­tour de ces ave­nues com­mer­çantes, que se construit, seule­ment et mal­heu­reu­se­ment, la Tu­ni­sie de de­main.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.