FATMA THA­BET CHIBOUB P-DG DE LA SO­CIÉ­TÉ DU PARC D’AC­TI­VI­TÉS ÉCO­NO­MIQUES DE BI­ZERTE

LE PAEB, RÉCEPTACLE DES IN­NO­VA­TIONS TECH­NO­LO­GIQUES

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE - Par Na­joua HIZAOUI

CETTE en­tre­prise s’est as­si­gnée pour ob­jec­tif de pro­mou­voir des ac­ti­vi­tés in­dus­trielles, com­mer­ciales et de ser­vices émer­gentes, ca­pables de va­lo­ri­ser les po­ten­tia­li­tés et les avan­tages com­pé­ti­tifs de la Tu­ni­sie. D’où des cri­tères de sé­lec­tion as­sez ri­gou­reux pre­nant en compte la va­leur des in­ves­tis­se­ments, le nombre d’em­plois à créer, la va­leur ajou­tée, le trans­fert de tech­no­lo­gie, la re­nom­mée in­ter­na­tio­nale. Fatma Tha­bet Chiboub a bien vou­lu nous don­ner quelque éclai­rage sur les ac­ti­vi­tés de l’en­tre­prise et ses pers­pec­tives d’ave­nir, ap­puyées par quelques don­nées chif­frées.

EN 25 ANS D’AC­TI­VI­TÉS, QUELLES SONT LES RÉA­LI­SA­TIONS-PHARES DE L’EN­TRE­PRISE?

Ap­pe­lée à l’ori­gine zone franche de Bi­zerte, l’en­tre­prise de dé­ve­lop­pe­ment et d’ex­ploi­ta­tion du Parc d’ac­ti­vi­tés éco­no­miques de Bi­zerte a été créée en 1993 dans le cadre de la stra­té­gie na­tio­nale de pro­mo­tion des in­ves­tis­se­ments di­rects étran­gers et des ex­por­ta­tions. Elle as­sure trois fonc­tions prin­ci­pales, à sa­voir l’amé­na­ge­ment, la pro­mo­tion et la main­te­nance du parc. Ce parc, ré­gi par un ré­gime de par­te­na­riat pu­blic-pri­vé, ac­cueille sur ses sites des en­tre­prises to­ta­le­ment ex­por­ta­trices opé­rant dans le sec­teur in­dus­triel, com­mer­cial et de ser­vices. Avec un ca­pi­tal de 7.630.000 DT, la so­cié­té em­ploie 114 per­sonnes mo­bi­li­sées pour le ser­vice d’ac­com­pa­gne­ment des opé­ra­teurs de­puis l’in­ten­tion d’in­ves­tis­se­ment jus­qu’à la fin de la mis­sion, au cas où l’en­tre­prise sou­haite par­tir. Nos ser­vices sont of­ferts, même au mo­ment du dé­part. Dès ses dé­buts, notre éta­blis­se­ment s’est as­si­gné pour ob­jec­tif de pro­mou­voir les IDE, par­ti­cu­liè­re­ment dans des sec­teurs por­teurs, in­no­vants et à forte va­leur ajou­tée dont no­tam­ment les sec­teurs des in­dus­tries phar­ma­ceu­tiques, de l’au­to­mo­bile, de la construc­tion na­vale et de plai­sance, des in­dus­tries mé­ca­niques, élec­tro­niques et élec­triques et des ser­vices.

La zone franche de Bi­zerte consti­tue une fier­té pour les per­sonnes qui y tra­vaillent, les ac­tion­naires qui y in­ves­tissent et les opé­ra­teurs ins­tal­lés chez nous. Nous nous sommes fixé comme ob­jec­tifs éga­le­ment de créer de nou­veau em­plois, no­tam­ment pour les di­plô­més, sa­chant que le taux d’en­ca­dre­ment ac­tuel est de 25%, taux net­te­ment su­pé­rieur à la moyenne na­tio­nale. Outre la pro­mo­tion des ex­por­ta­tions, ce parc fa­vo­rise le trans­fert de tech­no­lo­gies à tra­vers des ac­ti­vi­tés in­no­vantes im­plan­tées en son sein. D’ailleurs, les en­tre­prises étrangères qui s’ins­tallent en Tu­ni­sie viennent gé­né­ra­le­ment avec un pe­tit staff et sou­haitent trans­fé­rer leur sa­voir sur place. D’où un cadre di­ri­geant à 99% tu­ni­sien. Le parc couvre 81 ha ré­par­tis sur trois sites : le site de Bi­zerte (30 ha), ce­lui de Men­zel Bour­gui­ba 1 (21 ha) et de Men­zel Bour­gui­ba 2 (30 ha). L’ex­ten­sion du site Men­zel Bour­gui­ba a été me­née suite à des de­mandes tel­le­ment pres­santes que la so­cié­té s’est vue contrainte de re­cher­cher de nou­veaux ter­rains d’ex­ten­sion afin de ré­pondre aux can­di­da­tures d’ins­tal­la­tion. Ce qui ex­plique l’en­goue­ment des in­ves­tis­seurs pour le Paeb, il y a, bien en­ten­du, les avan­tages et les dif­fé­rents ré­gimes de fis­ca­li­té, de com­merce ex­té­rieur et de ré­gle­men­ta­tion des changes, d’em­ploi et de nom­breux autres exo­né­ra­tions re­la­tives, par exemple, à la pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment. Mais c’est in­con­tes­ta­ble­ment la nou­velle no­tion de vis-à-vis unique qui semble rem­por­ter les adhé­sions et ser­vir «d’arme se­crète» des res­pon­sables de la so­cié­té. Il s’agit là, d’une simplification à l’ex­trême des for­ma­li­tés ad­mi­nis­tra­tives, les in­ves­tis­seurs n’ayant que le Paeb comme unique in­ter­lo­cu­teur. Il lui ap­par­tient de les as­sis­ter gra­tui­te­ment dès la consti­tu­tion de leurs so­cié­tés et du­rant toute l’exis­tence de l’en­tre­prise. Une as­sis­tance qui concerne es­sen­tiel­le­ment les for­ma­li­tés de consti­tu­tion, le re­cru­te­ment du per­son­nel et le sou­tien tech­nique du­rant les tra­vaux de construc­tion.

EST-CE QUE LES NOM­BREUX ATOUTS DU PARC ONT PU BOOS­TER L’AC­TI­VI­TÉ ÉCO­NO­MIQUE APRÈS LA RÉ­VO­LU­TION? EST-CE QUE LE PARC A EN­RE­GIS­TRÉ DES FER­ME­TURES D’EN­TRE­PRISES APRÈS 2011?

Le Paeb est do­té de plu­sieurs atouts, dont en pre­mier lieu son em­pla­ce­ment stra­té­gique. En ef­fet, il est si­tué au coeur de la Mé­di­ter­ra­née et sur les voies ma­ri­times du détroit de Si­cile. Il est ou­vert sur l’Eu­rope, l’Afrique, le Maghreb et le Moyen-Orient et est si­tué à proxi­mi­té de la ca­pi­tale et de l’aé­ro­port Tu­nis-Car­thage. Outre l’as­sis­tance per­ma­nente aux in­ves­tis­seurs qu’on vient d’évo­quer, le parc ac­corde toutes les at­tes­ta­tions, y com­pris celle d’en­trée en pro­duc­tion qui per­met le dé­mar­rage et le cal­cul des avan­tages fi­nan­ciers et fis­caux et autres en fa­veur des en­tre­prises to­ta­le­ment ex­por­ta­trices. La pro­duc­ti­vi­té et la ren­ta­bi­li­té des pro­jets compte beau­coup pour nous et c’est pour ce­la que le parc veille in­las­sa­ble­ment à l’amé­lio­ra­tion des condi­tions d’im­plan­ta­tion des en­tre­prises en jouant le rôle d’in­ter­face avec l’ad­mi­nis­tra­tion ex­terne. Notre éta­blis­se­ment est ap­pe­lé à as­su­rer un sui­vi per­ma­nent des pro­jets, à fa­ci­li­ter les pro­cé­dures doua­nières et ga­ran­tir la pré­sence des bu­reaux de la douane aux en­trées des sites, ain­si que la sé­cu­ri­té de la zone. Une fois ins­tal­lées, ces en­tre­prises bé­né­fi­cient d’un ré­gime de l’em­ploi spé­ci­fique. Ce­lui-ci fa­vo­rise une flexi­bi­li­té en la ma­tière grâce aux contrats de tra­vail à du­rée dé­ter­mi­née, une ex­cep­tion qui leur per­met d’ajus­ter le nombre d’em­ployés adap­té à leurs be­soins. Outre la li­ber­té d’in­ves­tir, les en­tre­prises ins­tal­lées sont libres de trans­fé­rer des bé­né­fices, d’im­por­ter des biens né­ces­saires à leurs ac­ti­vi­tés et ont la pos­si­bi­li­té d’écou­ler 20% de leur chiffre d’af­faires sur le mar­ché lo­cal pour les ser­vices in­dus­triels et de ser­vices.

POU­VEZ-VOUS NOUS DON­NEZ QUELQUES DON­NÉES CHIF­FRÉES SUR LE VO­LUME DES IN­VES­TIS­SE­MENTS DU­RANT LES SIX DER­NIÈRES AN­NÉES?

Pour ce qui est des in­ves­tis­se­ments, il y a eu lieu de re­le­ver l’im­por­tance des IDE qui re­pré­sentent 97% du to­tal des in­ves­tis­se­ments réa­li­sés pour la pé­riode al­lant de 2010 au mois de juin 2017. En chiffres, à la fin de l’an­née 2016, le parc comp­tait une soixan­taine d’en­tre­prises im­plan­tées is­sues de di­verses na­tio­na­li­tés (ita­liennes, fran­çaises, amé­ri­caines, belges...). Les in­ves­tis­se­ments n’ont pas bais­sé de­puis la créa­tion de notre en­tre­prise. Ils ont tou­jours été en crois­sance, même après la ré­vo­lu­tion.

Ce qui ex­plique l’en­goue­ment des in­ves­tis­seurs pour le Paeb, il y a, bien en­ten­du, les avan­tages et les dif­fé­rents ré­gimes de fis­ca­li­té, de com­merce ex­té­rieur et de ré­gle­men­ta­tion des changes, d’em­ploi et de nom­breux autres exo­né­ra­tions

Le parc a to­ta­li­sé, à la date du 30 juin der­nier, une en­ve­loppe d’in­ves­tis­se­ment de l’ordre de 562 mil­lions de di­nars. Ces in­ves­tis­se­ments se ré­par­tissent comme suit : l’in­dus­trie s’ad­juge la plus grande pro­por­tion avec 40%, viennent en­suite la mé­tal­lur­gie (21%), le fi­nis­sage des tis­su, tex­tile et cuir (13%) et la plas­tur­gie (8%). D’autres ac­ti­vi­tés sont à l’af­fiche tou­chant com­merce et ser­vices (1%), l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique (4%), l’au­to et ser­vices liés (1%), l’in­dus­trie de la plai­sance (4%), l’in­dus­trie élec­trique et élec­tro­nique (4%)... Quant à l’em­ploi, il convient de si­gna­ler que le parc a en­re­gis­tré un nombre to­tal d’em­plois de l’ordre de 4.300 postes. 99% du per­son­nel em­ployé dans les en­tre­prises hé­ber­gées est tu­ni­sien, moyen­nant un taux d’en­ca­dre­ment de 25%. La ré­par­ti­tion des em­plois par branches d’ac­ti­vi­tés fait res­sor­tir le sec­teur du fi­nis­sage des tis­su, tex­tile et cuir en pre­mière po­si­tion (avec 24%), sui­vi par l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique (19%) et le sec­teur de l’in­dus­trie au­to­mo­bile et ser­vices liés (11%). Au cha­pitre des ex­por­ta­tions des en­tre­prises ins­tal­lées au Paeb, elles étaient au cours des trois der­nières an­nées de l’ordre de 400 mil­lions de di­nars, ce qui re­pré­sente une moyenne de près de 2% du to­tal na­tio­nal dans les in­dus­tries ma­nu­fac­tu­rières. Pour l’an­née 2016, le parc a en­re­gis­tré une va­leur des ex­por­ta­tions de l’ordre de 624.581 mil­lions de di­nars et on s’at­tend en 2017 à de meilleures per­for­mances. Pour fi­nir, Mme Tha­bet Chiboub nous a pré­ci­sé que l’an­née 2016-2017 a en­re­gis­tré la créa­tion et l’ex­ten­sion de nou­veaux pro­jets (8 en­tre­prises en 2016 et 8

autres en 2017). Le to­tal des pro­jets 2016-2017 gé­né­re­ra à ma­tu­ri­té une en­ve­loppe d’in­ves­tis­se­ment de l’ordre de 36 mil­lions de di­nars et près de 800 postes d’em­plois. Elle ajoute qu’elle est très sa­tis­faite du re­nom ac­quis par

Paeb . «Notre es­pace fait de­puis des an­nées son au­to­pro­mo­tion, mais notre sa­tis­fac­tion vient sur­tout du fait que les in­ves­tis­seurs dé­jà ins­tal­lés ont fait le choix de res­ter en Tu­ni­sie, mal­gré la con­jonc­ture dif­fi­cile, et de conti­nuer à exer­cer tout en par­lant des avan­tages que nous of­frons, des ser­vices que nous ren­dons, de la com­pé­tence de notre per­son­nel et du cli­mat de sé­cu­ri­té qui s’amé­liore sans cesse dans le pays. Le Paeb réus­sit à être, en plus d’un parc de haute va­leur pro­duc­tive, un réceptacle des in­no­va­tions tech­no­lo­giques en phase avec les mu­ta­tions tech­no­lo­giques en cours», conclut-elle.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.