LA PART DES PME DANS L’EM­PLOI MON­DIAL STAGNE

La Presse Business (Tunisia) - - SOMMAIRE -

L’EX­TEN­SION des PME trop lente est né­ga­tive pour le mar­ché du tra­vail et l’éco­no­mie, es­time l’Or­ga­ni­sa­tion in­ter­na­tio­nale du tra­vail (OIT) dans un rap­port pu­blié à Ge­nève. Au to­tal, 34,8% des em­plois mon­diaux se trouvent dans les PME, en hausse de près de 4 points en une quin­zaine d’an­nées mais de 0,2 point seule­ment par rap­port à l’an­née pré­cé­dente. Cette si­tua­tion «est de plus en plus pré­oc­cu­pante», a af­fir­mé de­vant la presse la di­rec­trice gé­né­rale ad­jointe de l’OIT De­bo­rah Green­field, sans pou­voir spé­cu­ler sur son évo­lu­tion dans les pro­chaines an­nées. Au to­tal, 2,8 mil­liards de per­sonnes tra­vaillaient en 2016 dans des en­tre­prises pri­vées, soit 87% de l’em­ploi, dit le rap­port «Em­ploi et ques­tions so­ciales dans le monde 2017». L’OIT af­firme par ailleurs que son éva­lua­tion du dé­but d’an­née sur une aug­men­ta­tion du nombre de chô­meurs, à plus de 200 mil­lions, en 2017 a été at­teinte. Au­pa­ra­vant, l’aug­men­ta­tion des em­plois à plein temps était plus éle­vée dans les pe­tites en­tre­prises que dans celles de taille in­ter­mé­diaire et en­core da­van­tage que dans les grandes. Sur la pé­riode de­puis 2009, ce scé­na­rio n’est plus consta­té. «Nous avons be­soin de po­li­tiques pour mieux pro­mou­voir ces PME et amé­lio­rer le cli­mat des af­faires pour toutes les en­tre­prises», re­lève Mme Green­field. «Y com­pris l’ac­cès au fi­nan­ce­ment pour les plus jeunes d’entre elles», dit-elle. Les ré­gle­men­ta­tions doivent être «claires» et celles sur le mar­ché du tra­vail doivent être fortes en termes de pro­tec­tion so­ciale, se­lon elle. Dans les pays en dé­ve­lop­pe­ment, les PME to­ta­lisent un peu plus de 50% de l’em­ploi, contre 34% dans les pays émer­gents et un peu plus de 40% dans les pays dé­ve­lop­pés. Dans les en­tre­prises ré­centes, l’aug­men­ta­tion des em­plois per­ma­nents à plein temps a aus­si ra­len­ti. L’en­ca­dre­ment for­mel des em­ployés abou­tit à de meilleurs sa­laires, une pro­duc­ti­vi­té plus éle­vée et des coûts du tra­vail in­fé­rieurs, in­dique l’OIT. Alors que le re­cours mas­sif à l’em­ploi tem­po­raire pro­voque une ré­duc­tion de ces in­di­ca­teurs, sans im­pact sur les coûts du tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.