La joie des re­trou­vailles

La re­prise des cours pour tous les élèves, col­lé­giens et ly­céens, a eu lieu, hier, dans la ma­jo­ri­té des éta­blis­se­ments.

La Presse (Tunisia) - - SOCIÉTÉ - H. SAYADI

Hier et à par­tir de 7h00, la ci­té Noz­het Es­sol­tan, sise à Borj Cé­dria, a été mar­quée par une dy­na­mique tant at­ten­due. Evé­ne­ment ? La ren­trée sco­laire, suite à la­quelle, tous les élèves, col­lé­giens et ly­céens ont pris le che­min de l’école pour dé­bu­ter une nou­velle an­née, re­joindre leurs classes et re­voir leurs ca­ma­rades et pro­fes­seurs. Les quar­tiers et che­mins me­nant vers dif­fé­rentes écoles et ma­ter­nelles ont re­pris vie après des va­cances es­ti­vales bien tran­quilles. Le tra­fic rou­tier : mi­ni­bus, cars et voi­tures en sont té­moins, les épi­ce­ries et pâ­tis­se­ries notent éga­le­ment une af­fluence in­ha­bi­tuelle de cette clien­tèle. Four­ni­tures sco­laires et goû­ters, sac-à-dos et car­tables, di­rec­tion illi­co vers les éta­blis­se­ments pour com­men­cer une nou­velle jour­née en pleine forme.

Des re­trou­vailles, de l’éner­gie et de la bonne hu­meur

8h15, de­vant l’école pré­pa­ra­toire Mo­ha­med-Sa­lah-El Je­bri, le ras­sem­ble­ment mas­sif des col­lé­giens et des pa­rents s’ajoute au dé­cor. Joyeuses et pleines d’éner­gie, les filles ha­billées en ta­bliers bleus et des ta­bliers beiges pour les gar­çons, se re­groupent pour dis­cu­ter en­semble et se re­trou­ver après une pause bien longue. Quant aux pa­rents, ils étaient pré­sents, de­vant le col­lège à at­tendre la sor­tie de leurs en­fants pour s’as­su­rer du bon dé­rou­le­ment de la ren­trée. Cer­tains d’entre eux, comme Mme Zouaoui, ont ex­pri­mé leur in­sa­tis­fac­tion quant à l’ab­sence de cer­tains pro­fes­seurs. D‘ailleurs les élèves de la 7e an­née de­vraient as­sis­ter à un cours d’édu­ca­tion phy­sique qui n’a pas eu lieu. Idem pour les élèves ins­crits en 8e an­née de base, mais qui n’ont pas eu cours de ma­thé­ma­tique. Ré­sul­tat, ces der­niers ont dû at­tendre au moins deux heures avant d’en­trer au cours d’après. Plu­sieurs élèves, qui ha­bitent loin du col­lège, ont dû, par consé­quent, s’ar­mer de pa­tience. D’ailleurs, le di­rec­teur du col­lège, Has­sen Ben Tan­fous, a no­té que l’em­pla­ce­ment de l’éta­blis­se­ment qui se trou­vait à la fron­tière du gou­ver­no­rat de Ben Arous et ce­lui de Na­beul (So­li­man), pose pro­blème de­puis des an­nées, ce qui ex­plique l’af­fluence mas­sive à ce col­lège qui ac­cueille à peu près 600 élèves par an. «Nous avons dé­bu­té avec 200 élèves pour ar­ri­ver à une ca­pa­ci­té d’ac­cueil qui dé­passe les 500, se li­mi­tant à 16 salles et une tren­taine d’élèves par classe», éclaire-t-il, avant d’ajou­ter que le dé­rou­le­ment de la pre­mière jour­née se passe nor­ma­le­ment et dans la bonne am­biance. «Les élèves ins­crits en 7e an­née doivent re­joindre leur classe à 8h00, ceux qui sont ins­crits en 8e an­née, doivent être pré­sents à 9h00 et ceux qui sont en 9e an­née com­men­ce­ront leurs cours à 10h00», pré­cise en­core le di­rec­teur.

Une or­ga­ni­sa­tion presque par­faite

D’em­blée, tout se passe bien dans cet éta­blis­se­ment : les sur­veillants, pré­sents sur place, ont bien maî­tri­sé l’ordre gé­né­ral et ils étaient prêts à ac­cueillir les élèves, à ré­pondre à toutes les ques­tions po­sées, mais aus­si à sa­tis­faire les at­tentes des pa­rents. Les pro­fes­seurs et le di­rec­teur du col­lège, ou­verts au dia­logue, n’ont épar­gné au­cun ef­fort pour ac­com­plir leur tâche à mer­veille. Tas­nim et Ra­nim, deux col­lé­giennes en 8e an­née de base, amies et ca­ma­rades de classe de­puis le pri­maire, étaient im­pa­tientes de re­prendre les cours. Leurs vi­sages tra­dui­saient une joie im­mense. Leurs re­trou­vailles leur ont don­né beau­coup de punch pour dé­mar­rer une an­née sco­laire avec toute l’éner­gie pos­sible.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.